Chypre : Sport, danse et découverte de l’île à la 3e édition des Eldoriades de Jet tours

Production

Après le Maroc (nov. 2002) et la Tunisie (juin 2003), Chypre reçoit ses Eldoriades. À défaut de se dérouler sur une île réunifiée – le référendum du 24 avril a remis à plus tard ce grand rendez-vous historique -, les épreuves ont eu lieu sur une nation dont la partie grecque fait désormais partie intégrante de l’Europe. La centaine d’agents de voyages invités a découvert le nouvel Eldorador Faros avant d’en découdre, dans la joie et la bonne humeur, avec les nombreuses épreuves de sport, danse et culture qui les attendaient.
Samedi 8 mai, des dizaines d’agents de voyages circulent devant le comptoir Jet tours de Roissy 1. Tous arborent le petit sac à dos rouge à ses couleurs que vient de leur remettre le TO. En tout cas, il est désormais facile de repérer les candidats à ces troisièmes Eldoriades. Un peu avant 15 h, une procession de sacs à dos rouges embarque sur le vol 387 de Cyprus Airways. Destination : Larnaka, la grande ville chypriote située au sud-est de Nicosie. A 20 h, heure locale (19 h en France), les participants ont juste le temps de poser leurs affaires au nouvel Eldorador Faros situé à une dizaine de minutes de l’aéroport, avant de retrouver le restaurant Odos Seferi à Larnaka. La soirée est offerte par l’office de tourisme de Chypre, l’occasion de découvrir les spécialités culinaires locales sur fond de musique grecque agrémentée de sirtaki. Mais c’est dimanche que les choses sérieuses commencent. Le parc de 4X4 aux couleurs de Hertz ronfle près de l’hôtel. Bientôt, une quinzaine de bolides s’élance sur les routes de l’île. Attention, héritage de la colonisation britannique, ici on roule à gauche ! Première étape, le couvent grecque orthodoxe Ayia Theklas. Fondé au XVIIIe siècle, l’édifice est encore occupé par sept religieuses. Véritable havre de paix abondamment fleuri, il est très fréquenté pendant les offices. Il tient son nom d’une sainte qui guérissait des maladies de la peau. Le couvent abriterait d’ailleurs une eau miraculeuse… Nouvelle étape, la mine de cuivre à ciel ouvert près de Sia, curiosité à voir pour ses couleurs mais aussi pour son intérêt local. Le cuivre a contribué à la richesse de l’île à tel point que ce métal rouge lui a aussi donné son nom : le cuivre se dit cyprium en latin, d’où le nom de Cyprus en anglais… et Chypre, en français. Après une pause-café sur la typique place ombragée de Lythrodontas, les véhicules s’engagent sur les longues pistes à flanc de collines de la région de Machairas. Déjeuner sur les terrasses du Maria’s Restaurant puis départ pour kato Lefkara. Autrefois station estivale des nobles Vénitiens, ce village a gardé un charme fou avec ses petites maisons en pierres blanches et leurs patios fleuris. Il est aujourd’hui célèbre pour ses dentelles et broderies. Retour à l’Eldorador Faros pour une remise des prix du rallye par les partenaires (Amadeus, l’Européenne d’assurances…), dîner en terrasse et spectacle musical. Puis beaucoup se lancent sur la piste de danse qu’ils ne quitteront que tard dans la nuit. Le lundi débute l’entraînement sportif : initiation au base-ball et au tir à l’arc, cours de volley donné par Patrick Duflos de Sète (250 sélections en équipe de France !). Enfin cours de salsa cubaine dispensés par Tina et Rio, danseurs chorégraphes de la compagnie Stamina de Paris. Des cours de salsa à Chypre, étonnant, non ? À moins qu’il ne s’agisse d’une ruse de Jet tours qui compte organiser des épreuves de sirtaki lors de prochaines Eldoriades à… Cuba ? La compétition débute vraiment l’après-midi. Épique ! Durant les éliminatoires de danse, il fallait enchaîner à un rythme d’enfer les pas de rumba, salsa et mambo. Enfin, la journée s’est terminée chez The Black Turtle, qui, contrairement à ce qu’on pourrait penser, est un sympathique restaurant, tout ce qu’il y a de plus chypriote et où les participants de ces 3e Eldoriades s’en sont donné à cœur joie pour boire, rire et danser au son entraînant de l’orchestre local. L’inévitable retour s’est déroulé le mardi matin et un avion de la compagnie Cyprus Airways s’est à nouveau rempli de sacs à dos rouges.
L’Eldorador Faros, un bon trois étoiles familial
L’hôtel a près de 20 ans mais il vient d’être entièrement rénové. L’équipe dirigeante est habituée à la clientèle française car l’hôtel a arboré entre 1985 et 1990 l’enseigne Kappa Club de l’ex-TO Cruise Air. Depuis le 4 avril 2004, il est passé dans le giron Jet tours selon un contrat qui le lie au TO pendant un minimum de six ans. Ses spécificités : une ambiance conviviale et surtout son petit village de 134 bungalows en rez-de-chaussée dans un cadre très verdoyant qui offre 52 chambres familiales pour 4 personnes et une quinzaine pour 3 personnes. Selon les agents de voyages, l’insonorisation de certains bungalows serait cependant à améliorer de même que quelques détails de déco (rambarde devant la plage, cache poubelles…). Dans le bâtiment principal, 12 suites disposent, pour certaines, d’un jacuzzi, d’une vue sur mer, TV satellite, mini-bar, coffre-fort, connexion Internet… L’Eldorador compte une piscine extérieure (non chauffée), un bassin pour enfants, 2 courts de tennis, terrain de tir à l’arc, mini-golf, accès direct à une plage au sable gris… La pratique de la planche à voile et du canoë est possible selon la saison ainsi que, moyennant participation, leçons de tennis, plongée sous-marine, parachute ascensionnel, jet-ski… « L’Eldorador Faros est vendu en exclusivité par Jet tours sur le marché français et luxembourgeois, explique Christina Yiapana, DG du groupe Vavlitis hôtels qui compte trois hôtels sur Chypre dont l’Eldorador. En moyenne, 55 % de la clientèle est française. Thomas Cook, TUI et Esco se partagent les marchés allemand, suisse et autrichien. »
Les beautés de Chypre aux portes de l’Eldorador
Depuis l’Eldorador, de nombreuses excursions sont possibles dans la journée. Le massif montagneux de Troodos, qui culmine à près de 2 000 m est situé à 1 h 30 de route de l’hôtel. Véritable cœur historique et spirituel de l’île, il permet de découvrir de superbes monastères, de très belles églises byzantines ainsi que des villages pittoresques. Des sentiers de randonnée y ont été récemment tracés. Le site archéologique de Choirokoitia n’est situé qu’à 15 minutes. Inscrit au patrimoine culturel mondial de l’Unesco, il présente un village néolithique récemment mis à jour dans un très bon état de préservation. À une quarantaine de kilomètres de là, Kourion, fondé au XIIe siècle avant J-C et situé à l’extrémité d’une falaise, est le grand site archéologique de Chypre qu’il ne faut pas manquer (sanctuaire d’Apollon, maison des gladiateurs, théâtre gréco-romain…). A l’extrémité ouest, Paphos se situe à moins de 2 h de l’hôtel. Ancienne capitale de Chypre, ce site, placé sur la liste officielle du patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco, séduit pour son port de pêche pittoresque, ses sites archéologiques, ses bords de mer et ses petites maisons tranquilles. Enfin, un aller-retour journée peut aussi être envisagé au Caire. L’Egypte n’est en effet pas si loin…

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *