Club de vacances à Dubaï: Ôvoyages l’a fait !

Production

Le tour-opérateur Ôvoyages sort une production été 2019 riche de 16 nouveautés club. Un Ôclub Premium va ouvrir dans l’émirat de Dubaï, au Jebel Ali Beach Resort & Spa. En nouveauté, Ôvoyages aura aussi trois Ôclub Premium en Asie et à l’île Maurice avec des partenaires hôteliers « prestigieux ».

 

Avec 16 nouveaux clubs qui intègrent sa production, Ôvoyages passe à 33 Ôclubs pour l’été 2019. « Un nouveau virage pour nous, annonce Raouf Benslimane, PDG du tour-opérateur. Après celui du long-courrier et du package dynamique en 2018, cette année on monte en puissance. »

 

Un resort plage et famille à Dubaï

Alors que ses confrères ont trouvé un club à Ras al Khaimah, Oman, Fujairah ou Ajman, Ôvoyages a choisi Dubaï même. Avec l’hôtel Jebel Ali Beach Resort, les clients du TO sont « au calme » sur une plage (de 800 m) au sud de la ville.

« Une navette part toutes les demi-heures pour le centre-ville. A proximité se trouvent le Bollywood Parks et un Aquapark. Sur place, les clients pourront avoir des green-fees pour le golf 9 trous, le centre de fitness avec coach… » énumère Raouf Benslimane.

 

Le TO s’est engagé sur 50 chambres (pour un total de 253). L’Ôclub Jebel Ali Dubai devrait être commercialisé « à partir de moins de 1.000€ par personne en 7N, all inclusive, alcool compris ». Il ouvrira en mars 2019.

 

De nouveaux pays en moyen-courrier

L’été prochain, le TO ouvre une dizaine de clubs en moyen-courrier. Il se lance sur les Baléares, à Majorque (Occidental Cala Vinas, ex-Lookéa) et à Minorque (Occidental Menorca, ex-Jet tours). Ôvoyages innove aussi avec Madère (Pestana Royal), la Turquie (Bodrum la Blanche et Duja Bodrum), la Croatie (Sunny Bay Resport) et la Bulgarie (Algara Beach). En attendant Marrakech, « en cours de finalisation ». A noter qu’en Tunisie, le Ôclub Hari rouvrira après 1 M€ de rénovations.

 

Kenya, Bahamas, Rép. Dom…

« Le club est conçu comme un produit locomotive d’une destination, explique Raouf Benslimane. Il s’accompagne de plusieurs produits séjour. » Ouvert en décembre 2018, l’Ôclub Jacaranda au Kenya profite de vols directs sur Mombasa. En République dominicaine, le Miranda Beach Bayahibe ouvrira en ôclub Experience en juillet face à l’île de Saona. Un second ôclub Premium ouvrira à l’automne.

 

Aux Bahamas, c’est un Ôclub Adults Only que le TO proposera en all inclusive à Nassau. Le Warwick Paradise Island sera accessible avec le vol d’Air Caraïbes sur Columbus Island (celle du Club Med) plus un vol intérieur. D’autres ôclubs vont suivre, à l’île Maurice (en plus du Seaview), dans le sud du Vietnam (tout nouveau) et « dans les îles » près de Phuket pour la Thaïlande

 

Prise de risques

Ôvoyages affirme son positionnement de TO engagé en terrestre (chambres d’hôtels) et en aérien (jusqu’à 30 vols par semaine affrétés pendant les vacances de printemps). Un modèle dont Samia Benslimane, DG, se félicite dans un contexte de fragilité voire de défaillance des compagnies low cost.

 

« Nous voulons continuer à protéger nos stocks pour ne pas être à la merci de ce type de problèmes, précise-t-elle. Le dynamic packaging est un moyen de produire. Il vient en complément des axes desservis en charter. »

 

Le TO qui aime à rappeler qu’il est 100% B2B précise : « Nous voulons trouver et actionner des leviers forts pour faire entrer les clients dans les agences de voyages. » Cet été, son plan de vol compte « 300.000 sièges engagés au départ de 14 villes françaises » souligne Christian Vanroy, directeur du développement.

Un défi économique en 2019

Le chiffre d’affaires du TO est en croissance « de +10% à + 15% par an » indique son PDG qui se targue d’être « toujours dans le vert ». En 2018, Ôvoyages a enregistré 190 M€ de CA contre 176 M€ en 2017. Du fait des manifestations, l’année 2018 s’est terminée sur « un mois de décembre compliqué » rappelle le PDG. « Et comme le dit Emmanuel Foiry, président de Kuoni, 2019 s’annonce sportif », ajoute Samia Benslimane, DG.

 

En nombre de passagers, les Ôclubs représentent un tiers (105.000) du total de 312.000 clients. Le long-courrier a généré 15 M€ de CA et 12.000 pax en un an, « autant qu’un petit TO spécialiste ». Les groupes constituent un axe de progression. Ôvoyages a l’objectif d’augmenter leur part à 20% dans son activité contre « 5% à 10% aujourd’hui ».

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *