Clubs Coralia: le pari réussi de NG Travel

Production
5 membres du comité directeur du groupe NG Travel : Roland Sfeir (directeur Promoséjour), Olivier Kervella (PDG), Victor Magalhaes (directeur clubs Kappa et Coralia), Alexis Kechichian (directeur marketing on-line), Philippe Sangouard (DG).

La production 2019 de Boomerang Voyages compte 64 clubs Kappa et Coralia. Le TO filiale de NG Travel ouvre 6 clubs Coralia dont un au Kenya.  Avec un nombre de clients en progression de 30%, les clubs Coralia et Kappa totalisent 80.000 pax en 2018.

 

 

On s’en souvient, Boomerang Voyages a fait renaître la marque Coralia à l’été 2016. Non sans interrogations à l’époque sur l’opportunité d’ajouter une marque de clubs de vacances sur un marché déjà hyper-concurrentiel. Deux ans et demi plus tard, le pari est réussi. Avec un large sourire, Olivier Kervella, PDG de NG Travel (holding détenant Boomerang), annonce… 41.000 clients Coralia.

 

« En 2018, pour la première fois, le nombre de clients en clubs Coralia a dépassé celui des Kappa Clubs (39.000)» annonce-t-il.  Une évolution logique toutefois, étant donné la différence de contingents de chambres entre les deux marques. Pour un Kappa, Boomerang va en effet s’engager sur 30 à 50 chambres contre 100 à 150 sur un Coralia.

 

Les clients apprécient le produit. Selon un classement Tripadvisor,  l’indice de satisfaction sur les clubs Coralia est supérieur aux Lookéa, Marmara et Framissima. « C’est un instantané, cela peut changer demain » avertit le PDG. « Les Coralia bénéficient de la belle image que les clients et agences de voyages ont des Kappa Clubs. Ils se laissent tenter quand ils apprennent que Coralia et Kappa font partie du même groupe » ajoute le DG.

 

6 nouveaux Coralia en 2019

Sur la nouvelle production été, Boomerang annonce « 64 clubs » Kappa et Coralia, soit 11 de plus qu’à l’été 2018. « On n’avait qu’un seul club, un Kappa, à l’île Maurice il y a 5 ans » rappelle Philippe Sangouard. En 2019, le TO ouvre 4 nouveaux Kappa Club, à Fujairah, en Crète, au Vietnam et au Portugal, et 6 Coralia essentiellement dans le bassin méditerranéen.

 

Sur cette marque de clubs plus traditionnels, le TO Boomerang ouvre la Turquie, le Monténégro, la Bulgarie, le Vietnam (Da Nang avec la chaîne Centara) et le Kenya. A noter qu’au Coralia Watamu, hôtel en bord de mer à Mombasa, les clients ont la possibilité de passer une journée à Tsavo ou Amboseli en safari. Dans 3 destinations, en Tunisie, en Espagne et en Sardaigne, Coralia change d’adresse.

 

« Il est plus facile de trouver des établissements pour la gamme Coralia, explique Olivier Kervella. Le concept Kappa notamment pour ses ‘Instants’ (balades alentour, dîner chez l’habitant…) nécessite un environnement particulier. Il arrive parfois que des hôtels sélectionnés Kappa une saison deviennent Coralia. Comme l’Evelthon à Chypre dont l’atmosphère plus festive correspond finalement davantage à un Coralia, ce qu’il sera l’été prochain. »

Des prix ajustés

Plus nombreux, les clubs Coralia représentent néanmoins un chiffre d’affaires en deçà de Kappa (voir encadré ci-dessous). Proposés avec une animation classique (plus gourmande en ressources humaines), les Coralia sont positionnés sur « un bon rapport qualité prix », ce qui implique un effort tarifaire. « Les hôtels sont bien négociés parce qu’on s’engage, explique le PDG. Et nous prenons une marge moins importante parce que nos frais de structure sont moins gros que d’autres TO. »

 

Un modèle économique qui n’empêche pas NG Travel de redistribuer. Dans cette entreprise de 190 personnes, avec « des équipes de qualité », « la prime Macron de 1.000 euros a été versée aux quelque 160 salariés éligibles. C’est une initiative de la direction, et le geste a été apprécié » raconte Philippe Sangouard, DG. « L’humain est important dans nos métiers » ajoute Olivier Kervella.

 

+25% de CA pour NG Travel en 2018

NG Travel a augmenté son chiffre d’affaires de 25% en 2018, à 235 M€ (contre 188 M€ en 2017). Une croissance tirée essentiellement par Boomerang qui a progressé de 30% avec 208 M€ de CA contre 160 M€ en 2017. Le balnéaire a crû de 33% sur un an, les week-ends dans les capitales européennes de Boomerang enregistrant une baisse de 10%.

 

Entre les deux marques de clubs, Directours (haut de gamme) et l’activité circuits, le TO a enregistré de belles performances en long-courrier. De +10% à +45% selon les destinations. Au global, Olivier Kervella est plutôt optimiste. L’année « 2019 commence bien » malgré le ralentissement imposé par les Gilets jaunes depuis la mi-novembre.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *