Coronavirus : les voyages à forfait dans le nord de l’Italie sont annulables et modifiables sans frais

Production
Plus de 16 millions de personnes sont en confinement dans le nord de l’Italie, dans une vaste zone qui va de Milan à Venise. ©Adobe Stock

Le Seto étend aux régions d’Italie placées en confinement depuis hier les mesures en vigueur en Chine et en Corée du Sud.

 

La décision inédite de placer plus de 16 millions de personnes en confinement dans le nord de l’Italie a de lourdes conséquences sur les voyages dans cette vaste zone qui va de Milan à Venise.

 

« Tous les départs sont suspendus jusqu’à la levée des contraintes sanitaires 
sur les zones identifiées comme foyer du virus, c’est à dire les zones déconseillées par le Ministère des affaires étrangères et les zones de confinement », indique le Seto.

 

Dans ce cadre, pour les départs des prochaines semaines, les TO sont tenus d’informer les clients dans les plus brefs délais et de leur proposer des modifications sans frais ou des reports sans 
frais à une date ultérieure, aux conditions en vigueur du tour-opérateur.

 

Jusque là seul un voyage prévu dans l’une des 11 communes de Lombardie et de Vénétie placées à l’isolement depuis 15 jours pouvait justifier une annulation ou un report sans frais

 

Confinement jusqu’au 3 avril

 

Depuis hier, 16,7 millions d’habitants du nord de l’Italie sont placés en quarantaine pour tenter de contenir la propagation du coronavirus qui a déjà fait 366 morts et qui fait de l’Italie, de loin, le pays le plus touché en Europe.

 

Jusqu’au 3 avril, les mesures de confinement concernent toute la région de Lombardie et les provinces septentrionales de Modène, Parme, Piacenza, Reggio Emilia, Rimini (dans la région d’Emilie-Romagne), Pesaro et Urbino (région des Marches, centre-est), Alessandria, Asti (Piémont, nord-ouest), mais aussi Padoue, Trévise, et Venise (en Vénétie, nord-est).

 

Les entrées et sorties sont désormais étroitement limitées, selon le décret publié dans la nuit de samedi à dimanche.

Seuls sont autorisés les déplacements répondant à des « impératifs professionnels dûment vérifiés et à des situations d’urgence, pour des raisons de santé ».

Publié par Céline Perronnet

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *