Départs et réservations en sensible hausse cet hiver chez les TO, toutes zones confondues

Production

A période comparable, et après un exercice 2016-2017 qui a affiché la meilleure croissance de la décennie, les prises de commandes engrangées et les départs déjà effectués pour la période 1er novembre/ 30 avril ont progressé chez les TO membres du Seto de 9,3%.

 

« Ne soyons pas humbles », s’exclame Patrice Caradec, président d’Alpitour France, à l’occasion de conférence de presse du Seto qui s’est tenue jeudi à Deauville. « Grâce à notre charte et nos efforts, nous avons conquis des clients qui nous échappaient ». Les raisons de se réjouir sont en effet nombreuses. Déjà, les prises de commande à fin novembre représentent 50% du résultat. Ensuite, elles profitent à toutes les zones géographiques : le moyen-courrier progresse de 10%, c’est 5% pour le long courrier et 21% pour la France. Enfin, les destinations Afrique du Nord continuent à progresser.

Pour les résas moyen-courrier, c’est en effet le Maroc qui arrive en tête du Top 10 avec  une croissance de 21% et l’Egypte poursuit sa reprise fulgurante (160%) tandis que la Tunisie retrouve de belles couleurs (+20%).Les Canaries, malgré une chute de 14%, restent sur la 2e marche du podium, loin devant l’Italie continentale (-1%).

Le long-courrier, qui prend une part de plus en plus importante dans les ventes des tour-opérateurs (1/3 des ventes) est dominé par la République Dominicaine qui ne progresse pas. L’île Maurice et les Antilles Françaises déçoivent avec des chutes de 2% et de 9%. On peut se réjouir de la 9e place de Cuba qui reste stable après un exercice 2017-2018 compliqué. Les chiffres de progression sont allés à rechercher du côté de l’Amérique du Nord (+44,1%) porté par les Etats-Unis qui, malgré la peur qu’a suscité l’élection de Donald Trump, poursuivent leur forte croissance (+61%) et le Mexique (+26%).

Enfin, il n’est facile de savoir quel impact aura le mouvement des gilets jaunes  sur les réservations dans les semaines à venir. René-Marc Chikli, président du Seto, reste confiant. Il fait un parallèle avec la dernière coupe du monde de football : « Dès le lendemain de la victoire de la France, les clients se sont mis à réserver. Ça sera la même chose après la fin de la crise des gilets jaunes, c’est un frein mais pas une remise en cause ».

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *