Deux ex-dirigeants de Nouvelles Frontières auraient touché près de 800.000 euros de primes indues

Production

La présentation de faux bilan qui vaut à deux ex-dirigeants de Nouvelles Frontières une convocation devant le tribunal en juin, leur a permis de toucher des primes indues de près de 800.000 euros, et constitue des faits d'escroquerie, a indiqué mercredi une source judiciaire à l'AFP. L'ancien patron de Nouvelles Frontières, Jean-Marc Siano, et l'ex-directeur financier Patrick Lebufnoir font l'objet d'une citation par le parquet pour être jugés le 19 juin à Bobigny pour présentation de faux bilans, des fausses écritures à l'origine d'un trou comptable de 36 millions d'euros chez le voyagiste, avait-on appris mardi de sources concordantes. Outre la présentation de faux bilan, ils devront aussi répondre de faits d'escroquerie, a précisé mercredi la source judiciaire : l'enquête menée a permis d'établir que cet artifice comptable était une "manoeuvre" destinée à "justifier la remise de primes calculées sur les résultats" à hauteur de 460.000 euros pour l'ancien patron, et de 324.000 euros pour l'ex directeur financier. Interrogé mardi par l'AFP, l'avocat de M. Siano, Christophe Llorca, avait précisé "qu'aucun détournement" n'était reproché à son client. "Les poursuites sont engagées sur la base de prétendues fausses informations sur les pertes enregistrées par la société Nouvelles Frontières. Il y a eu un bug comptable portant sur 36 millions d'euros", avait expliqué Me Llorca. Jean-Marc Siano a dirigé Nouvelles Frontières de 2006 à fin mai 2011, avant d'être remplacé par Pascal de Izaguirre.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *