Eductour FTI à Maurice : nager avec les dauphins

Production

Les 14 participants de l’eductour FTI ont profité de l’océan Indien et du lagon mauricien. Partis pour nager avec les dauphins, ils ont passé du temps sur l’île aux Bénitiers. L’expérience mauricienne s’est prolongée en soirée à l’Outrigger (Club FTI Privilège).   

 

Départ 7h30 ce matin pour aller jusqu’à Flic-en-Flac. Le soleil a l’air de vouloir être de la partie. Depuis Bel Ombre, il faut compter près de 2h de route. C’est l’occasion de voir les paysages verts couverts de cannes à sucre de l’île Maurice. On traverse quelques villages. Dans le minibus conduit vigoureusement par Alibhai, les agents de voyages de l’éductour FTI somnolent par intermittence.

 

Sur une petite plage de sable, le Victory attend ses passagers dans le soleil. Nitish et Evans aident tout le monde à grimper. Elodie et Amandine, installées à l’avant, commencent par la crème solaire. Constant suit le mouvement. Le bateau à moteur trouve la passe pour sortir du lagon, et Nitish met les gaz. Un peu de vitesse pour la sensation et de la musique : aux  rythmes mauriciens succèdent des titres de programmation radio française, Charlotte a d’ailleurs l’impression de reconnaître sa playlist personnelle.

 

La traque et le snorkelling

Le Victory se range à proximité d’autres navires à moteur et catamarans. Tout à coup, ils sont là ! A quelques dizaines de mètres, un groupe de dauphins travers l’espace entre les bateaux. Ils sortent à peine de l’eau avec cette belle courbe qui les caractérise, laissant apparaître leur dorsale à contre-jour. Le temps de régler le smartphone pour la photo, ils ont replongé en profondeur.

 

Les navires repartent plus loin pour tenter de retrouver leur piste. On s’arrête. Evans distribue masques, tubas et palmes. On les voit de nouveau. Ils ne sont pas très loin. Tout le monde saute à l’eau et se dirige vers les mammifères marins. La partie est inégale. Les animaux glissent et sèment aisément leurs poursuivants. « En fait on les voit mieux depuis le bateau » constate Elodie.

 

Coup de chance pour Laura, Charlotte et Olivier, les dauphins passent tout à côté d’eux pour s’éloigner de la nasse de navires. Encore une tentative, et on quitte la zone pour approcher « la tour Eiffel de l’île Maurice » plaisante Evans.

 

Cap sur l’île aux Bénitiers

Dans le lagon, l’eau a pris des teintes turquoise. Par transparence, le sable blanc donne encore plus d’éclat. Comme dans un écrin, la roche Crystal se dresse. Le gros corail brun hérissé de plantes vert vif forme un magnifique contraste. Là aussi, les navires sont au plus près pour permettre aux vacanciers de faire des photos. En arrière-plan, le Morne se dresse fièrement.  Joëlle est redescendue à l’eau voir s’il y a des poissons.  Karine s’est laissé tenter aussi. Les nuages s’accrochent sur le Morne. On part pour l’île aux Bénitiers, en face.

 

Sur la plage d’autres touristes et des locaux ont eu la même idée : profiter du soleil pour un repas sur l’île. Les skippers s’activent sur des fourneaux en bidons métalliques pour faire griller viandes et poissons. De grandes tables accueillent les groupes de plaisanciers qui partent chercher un coin de baignade éloigné des bateaux. Le repas est bienvenu. On repart. Nitish fait un dernier effet de vitesse en virant sur la gauche, la musique hurle dans le haut-parleur. A bord c’est encore la fête, bras en l’air et refrain à tue-tête.

 

L’île Maurice en musique

De retour à l’Outrigger, les agents de voyages réalisent bien que leur sortie en mer accompagnés de Mokrane, manager Club FTI Privilège, est telle que peuvent l’avoir leurs clients. Une sortie incluse dans le prix ! Ils profitent encore un peu de la mer sur la plage de l’hôtel avant un dîner au bord de l’eau. Ce soir au restaurant Edgewater, c’est soirée mauricienne : les musiciens et les danseuses de sega ajoutent une note festive aux mille saveurs des plats.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *