Eductour Héliades à Chypre : un départ motivé

Production

PHOTOS- Rendez-vous à CDG le jeudi 31 mars pour 130 agents de voyages venus de toute la France. En dernière minute, grèves et intempéries se sont invitées. Premier contact avec la douceur printanière de Chypre à l'arrivée.
 
Une pluie battante et la grève des transports, peut-on imaginer scénario plus catastrophique pour commencer un voyage ? Et pourtant, ils sont nombreux à avoir bravé l'un et l'autre pour se retrouver au si joyeux terminal 3 de Paris Charles-de-Gaulle. Eux, ce sont les 130 agents de voyages invités par le TO Héliades à un éductour à Chypre. En ce jeudi 31 mars, où les trains sont en grève, les contrôleurs aériens sont en grève, les RER sont en grève, il a fallu se lever tôt pour rejoindre Paris. Telle cette agente de Tarbes réveillée à 3h30 pour pouvoir attraper à Pau le premier vol du matin sur Paris, ou cette autre dont seul un TER sur quatre circulait jusqu'à Lyon. Même Jean Brajon, le DG d'Héliades, est arrivé de Marseille le matin même non sans difficultés. Bref, le voyage vers l'île d'Aphrodite commence avec des participants motivés.
 
Le contrôle aérien fait grève aussi
Au départ de Paris, l'enregistrement sur vol spécial de XL Airways se déroule sans problème. Chacun a retrouvé son commercial régional qui lui a remis badge et documentation. On passe la sécurité de façon assez fluide, le contrôle de police, pareil. Embarquement dans les délais, rien à redire. On s'installe dans l'avion et… le commandant nous annonce que "dû à un mouvement de grève des contrôleurs aériens, nous sommes en attente, comme d'autres avions le sont depuis 3 heures".  L'avion se met à bourdonner de conversations, on ne voit presque pas le temps passer. Finalement, on n'aura qu'une heure et demie d'attente.
 
Arrivée à Paphos et au Phaeton Beach
Et puis le vol se vit agréablement, au-dessus de chaînes de montagne enneigées, de la côte grecque puis turque –Antalya brille de loin dans la lumière du soir.  Et nous voici arrivés à l'aéroport de Paphos. Il fait 16°C, la nuit est tombée. Le transfert dure une quinzaine de minutes jusqu'au Phaeton Beach. On récupère sa clé de chambre et son bracelet pour le "all inclusive", avec un verre de champagne pour l'accueil. Puis on passe à table au restaurant buffet Epherides. Les agents de voyages sont répartis en fonction de leur équipe. Quelle équipe? Ben, celle au sein de laquelle ils vont vivre la découverte de l'île. Mais on en saura plus demain. En attendant, certains vont découvrir la boîte de nuit de l'hôtel. D'autres vont tester le confort de leur literie.  Motivés et professionnels jusqu'au bout…
                                                                                                          
                                                                                                            
 

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *