FTI Touristik prévoit son retour en force en 2005

Production

Après des vicissitudes, le TO retrouve sa clientèle.
Une production hiver moyen-courrier sur 188 pages.
Offre et rotations aériennes en hausse pour l’été 2005.
Après avoir rassuré sa clientèle, FTI Touristik déploie maintenant ses ailes. Mis en sommeil jusqu’à l’an dernier, le point de vente du TO sur l’EuroAirport de Bâle-Mulhouse a vu son ancien responsable, Jurg Saladin, créer sa propre marque (Avione), reprendre une bonne part de la clientèle de FTI, mais disparaître subitement fin 2003 et dans de telles conditions que les agences locales pouvaient être allergiques à tout ce qui touchait, de près ou de loin, à Jurg Saladin. « Il a fallu une année pour bien faire comprendre aux professionnels qu’il n’existait aucun rapport entre Avione et FTI », se rappelle Edith Gillard, responsable production. « Aujourd’hui, le message est bien passé et la demande est réelle de la part des clients et nous pousse à développer notre offre. » Le premier pas est effectué cet hiver. Alors que l’an dernier, premier hiver de la résurrection de FTI à Mulhouse, le TO n’avait diffusé qu’un tiré à part, il publie cette fois-ci une brochure de 188 pages, limitée aux destinations en moyen-courrier comme l’Egypte, l’Italie, l’Espagne et la Turquie. Toutes les formules balnéaires y sont proposées : séjours, locations, tout compris ou demi-pension. Cette production n’est qu’un avant-goût du véritable renouveau de la marque, prévu pour l’été 2005. « Nous proposerons 20 vols par semaine au départ de Bâle-Mulhouse avec des compagnies comme Swiss, Hello, Eurocypria, Germania Express, Iberworld et Air France-Régional », explique Edith Gillard. Le voyagiste proposera alors quatre brochures différentes, Turquie, Tunisie et Egypte, une autre sur Grèce et Chypre, la suivante sur Malte et enfin un opus sur l’Italie et la Croatie. Ce nouvel essor a pu voir le jour après que Dietmar Guntz, le fondateur de Frosch Touristik, a racheté la société à MyTravel, en proie à l’époque (et encore aujourd’hui) à de grosses difficultés financières.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *