Gérard Collomb invité surprise de la soirée Marietton

Production

Il y avait comme chaque année du monde (427 invités), et du beau monde, à l’Abbaye Paul Bocuse pour la traditionnelle soirée festive du groupe Marietton Gérard Collomb, tout juste ex-ministre de l’Intérieur vint même saluer la réussite de cette entreprise née rue Marietton voilà 51 ans.

 

A 20 heures, ce jeudi 4 octobre, la vaste salle de l’Abbaye Paul Bocuse était fin prête à accueillir les personnalités et professionnels du tourisme invités par le groupe Marietton. Il ne restait en effet plus trace du workshop organisé – pour la première fois en ces lieux – l’après-midi par le groupe Marietton avec 35 partenaires. «Nous sommes ce soir 427» annonça avec enthousiasme Laurent Abitbol, PDG du groupe, en souhaitant la bienvenue aux VIP comme aux agents de voyages et autres permanents de son groupe conviés à son «mini Top Résa ! ». Le 428e se fit un peu attendre et ne fut annoncé qu’à son arrivée, Laurent Abitbol aimant pigmenter ses soirées de quelques surprises musicales (les Gipsy Kings cette année) et autres. Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du voyage (EDV) invité à le rejoindre quelques minutes sur la tribune, avait déjà salué les «51 années de succès, de croissance et même d’accélération avec l’arrivée des Américains» du groupe Marietton.

Une soirée pour fêter Voyamar

Et Aurélien Aufort, directeur général, avait eu le temps de rappeler à tous la fusion des TO maison Voyamar-Aerosun et Ailleurs réunis sous une seule marque depuis cet été (Voyamar). Cette réorganisation interne (avec fusion des équipes de production et de commercialisation) était d’ailleurs le thème officiel de cette soirée chez Bocuse. Le temps d’enflammer la salle avec la musique des Gipsy Kings et l’invité surprise fit son entrée. Une entrée plutôt discrète d’abord, Laurent Abitbol installant Gérard Collomb à la table de ses parents entre Maguy sa mère, et Claude son père avant de l’inviter à le rejoindre sur la tribune.

Un ministre ravi de retrouver Lyon et Laurent…

Le ministre désormais prêt à reprendre les rênes de la capitale des Gaules ne fit pas mystère de son amitié pour Laurent Abitbol et sa famille. «Je me suis demandé quel était le meilleur moment pour quitter le gouvernement. La solution fut claire. Je devais le faire avant le dîner de Laurent, sinon je n’aurais pas pu être avec vous» lança le candidat à la mairie de Lyon ravi de revenir dans «sa» ville. Les deux hommes se connaissent bien. Si bien que Laurent Abitbol se permit de rétorquer : « Dommage que tu ais pris ta décision avant l’appel d’offre du ministère de l’Intérieur qui est dans six mois et pour 50 M€ ». Sourire dans l’assemblée. La soirée, gourmande et festive comme de coutume, ne faisait que commencer.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. « Le ministre désormais prêt à reprendre les rennes de la capitale des Gaules »
    C’est Noël avant l’heure ! Les rênes du pouvoir sont bien plus compliqués à tenir !

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *