Grand jeu autour du monde de Thomas Cook et Jet tours : Le tour de Tahiti au pas de course !

Production

Avant de décoller pour Bora Bora, les quarante finalistes du Grand jeu autour du monde de Jet tours et Thomas Cook ont pu se familiariser avec Tahiti en faisant le tour de l’île. Il est vrai que Tahiti, l’île la plus importante de l’archipel de la Société, n’est pas qu’un hub qui dessert les 118 îles de la Polynésie. Elle mérite que l’on s’y attarde. Dimanche, la petite troupe pliée à la discipline de fer imposée par Katy Perard, chef de marché chez Thomas Cook (sans doute préoccupée de ne pas rater l’avion prévu pour rallier Bora Bora), s’engouffre sans perdre une minute dans deux trucks, de rustiques petits autobus au charme local et désuet. Dans leurs drôles de machines pétaradantes, les lauréats découvrent un paysage bien éloigné des cartes postales de Tahiti composées de plages de sable blanc, de mer émeraude, de cocotiers et de vahinées. Le sable, quand il y en a, est noir sombre, la mer est opaque à cause des sédiments, les cocotiers sont assez rares et les vahinés sont bien souvent remplacées par de costauds malabars, plus séduits par les sports nautiques que par la littérature du XIXe siècle. Première étape, à 10 kilomètres à l’est de Papeete, La Pointe Vénus qui justement fait les délices des surfeurs. Un certain Cook (pas Thomas, James) y installa un observatoire astronomique en 1769. Des missionnaires protestants de Londres y débarquèrent en 1797, et un magnifique phare y fut construit en 1867. On repart et juste après le village de Tiarei, dans un virage au bord de la route, un puissant geyser causé par la houle jaillit d’un trou creusé dans la falaise et surprend les promeneurs faisant le bonheur des spectateurs. A peine plus loin, nouvel arrêt pour voir les spectaculaires cascades de Faarumai. Mais l’heure tourne et Katy s’impatiente… Le déjeuner typiquement polynésien offert sur la plage est englouti en un rien de temps. Ce qui en arrange certaines, celles du moins qui observent avec une certaine méfiance les mets exotiques trop éloignées des standards de la cuisine internationale. Finalement, tout le monde regagne rapidement son truck pour rejoindre l’aéroport de Papeete… A temps. Les finalistes embarquent dans l’ATR d’Air Tahiti à destination de Bora Bora. Katy respire.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *