Gwénaëlle Laignon (Boiloris Opéra, Paris) remporte le Lagon d’or du Grand Défi Jet tours

Production

Le temps a permis un superbe barbecue sur la plage avec gambas et poissons grillés. Des derniers instants sous les étoiles avec dress code tout de white, pour une soirée blanche suivie, pour certains, par une nuit blanche. Le réveil étant fixé à 4h30 du matin, à quoi bon, en effet, s'embêter à se coucher ?

Requin baleine, safari en dhonis, observation des raies et des requins à pointe noire ont fait partie des moments forts de ce séjour. Il a été aperçu aussi des tortues, des poissons clowns et des dizaines d'autres espèces qui jouaient à cache-cache avec les coraux, souvent eux-mêmes magnifiques. Au programme aussi de ces quatre jours, des séances de massage, la projection d'un film policier tourné dans un hôtel Lux Resort de la Réunion, des traversées en speed boat, des épreuves sous forme de sketches (sur le concept du SAV d'Omar et Fred diffusé par Canal +) inventés et interprétés par les agents de voyages. Des sketches pleins d'humour qui faisaient partie de la compétition.
C'est Gwénaëlle Laignon (Boiloris Opéra, Paris) qui a gagné le lagon d'or du Grand Défi Jet tours. Celui-ci s'est traduit par un séjour au Lux Maldives sur un vol Emirates. Céline Gasc (Havas Voyages, Toulouse) a obtenu le 2e prix et un combiné Réunion Maurice avec Lux Resort sur un vol Air Austral. Enfin Laurie Neron (Leclerc Voyages, Conflans-Ste-Honorine) a remporté le lagon de bronze avec un séjour au Club Eldorador Grand Dominicus en Rép Dom sur vols spéciaux.
"Ce grand défi nous a fait découvrir les richesses de la destination et l'authenticité du Lux Maldives, exprime Julie Brehin, de Leclerc Voyages à St-Nazaire (celle-là même qui plonge toute habillée dans l'eau pour ne pas louper le requin baleine, voir article précédent…). Malgré le temps des deux premiers jours, les équipes Jet tours et de Lux se sont adaptées. Elles ont tout fait pour nous faire plaisir".
Patou (L'agence, Montpellier) est quant à elle tombée sous le charme de sa water villa : « Elle était pour moi une charmante cabane au milieu du lagon. C'était absolument fabuleux. J'ai aimé l'ambiance de l'hôtel, tantôt zen, tantôt animée. Le Lux Maldives ? Je n'y vois aucun défaut ».
"L'hôtel est parfaitement adapté aux couples et aux familles avec jeunes enfants, souligne Mathilde (Travel Planète, Arras). C'est mon premier éductour dans l'Océan Indien. Le lieu, l'hébergement, les activités… Honnêtement. J'ai trouvé tout bien, j'ai tout aimé !".
Hum… ça donne envie de recommencer. Vivement que les équipes Jet Tours nous concoctent un 2ème Grand Défi. Je gage qu'ils seront nombreux celles et ceux qui seront prêts à le relever…

Publié par Didier San Martin
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (3)

  1. Comment des agv peuvent continuer à faire la promotion des Maldives… et continuer comme s’y rien se passait ! il nous faut non seulement boycotter mais sensibiliser nos clients à ce que subissent des milliers de maldiviens…

    1. Ce n’est pas parce que Mr Maillot veut encore attirer l’attention qu’il faut suivre les yeux fermés ses conseils ! ce qui se passe aux Maldives est dramatique mais pas plus que ce qui se passe en Chine avec l’exploitation des ouvriers pour nous fabriquer nos outils hi-tech, pas pire non plus que ce qui se passe en Inde pour les ouvriers du textile qui s’empoisonnent en fabriquant nos fringues, pas pire non plus que les ouvriers qui meurent en démantelant nos navires, pas pire non plus que l’esclavage à ciel ouvert à Dubai … etc … la liste est longue et peut être même interminable ! Donc dans ce cas, soyez logique avec vous même et changez de métier pour ne plus envoyer de clients nulle part !!
      Certains acteurs du tourisme sont vigilants et agissent pour un tourisme responsable, il suffit de bien choisir ses partenaires au lieu d’enfoncer des portes ouvertes !

    2. Bonjour,

      Je comprends votre réaction, mais qu’entraînerait un boycott généralisé de cette destination, si ce n’est une crise de l’emploi dans le tourisme, première industrie de ce pays ? Les premiers touchés seront ceux qui souffrent déjà.

      Quant aux clients, qui voient les Maldives comme la destination de rêve par excellence, ils ne seront que peu ou prou sensibles à la condition humaine de ses habitants : quand on pense rêve, on refuse d’entendre parler cauchemar.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *