Héliades veut faire aussi bien qu’en 2005 sur la Grèce

Production

Production consolidée en 2006
Nouvel hôtel 4*, nouvelle île
Finie l’année des jeux Olympiques d’Athènes « dramatique » pour les tour-opérateurs spécialistes de la Grèce. La destination a en effet connu une année faste et même record pour l’un des spécialistes du pays, Héliades (voir ci-dessous). Pour 2006, il espère « au moins égaler les performances de l’an dernier », selon son directeur Xavier de Neuville. Pour y parvenir, la production estivale bénéficie d’un même plan de vol, à savoir 140.000 sièges pour la saison (avec Aegean Airlines, Air Méditerranée, Europe Airpost, Axis, Blue Line, Eurocyria). Une nouveauté toutefois, le voyagiste lance cette année une nouvelle liaison Toulouse-Marseille-Santorin avec Viking Airlines, une compagnie suédoise, partenaire de Héliades depuis 4 ans. Par ailleurs, deux autres axes sont ouverts : Deauville-Héraklion et Rennes-Héraklion. Côté destination, le tour-opérateur privilégie toujours son offre de plus d’une vingtaine de clubs Héliades, mais les décline selon « l’intensité » de l’animation et le niveau de services. Cette année, Héliades intègre un nouvel établissement, le Blue Marine, classé 4 étoiles, à Agios Nikolaos. L’offre club et circuits génère 45% du chiffre d’affaires du TO. Le reste vient notamment de sa production sur les îles grecques. En effet, le spécialiste s’impose sur les destinations en vogue comme les Cyclades, Rhodes ou la Crète, mais fouille toujours plus la destination et propose un inédit en brochure, l’île de Castellorizo, dans le Dodécanèse. Elle est proposée via Rhodes. Cette offre pourra être vendue presque dans son intégralité d’ici à la fin du mois sur Internet avec l’arrivée de la 3e version du site d’Héliades, plus simple, plus complet. La production Bleu-blanc gr (8 % des ventes) sera accessible via un lien.
Héliades a réalisé 80 ME de chiffre d’affaires en 2005, contre 60 en 2004 et 66 en 2003. Si les prises de résa cumulées depuis le début de l’année accusent un retard de 10%, les ventes depuis la fin des vacances d’hiver parisiennes s’accélèrent et sont supérieures de 10% à celle de l’an dernier à la même période. « Si la tendance continue, nous pourrons rattraper notre retard », espère Xavier de Neuville.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *