Jetset se met en cinq pour vendre l’Amérique

Production

Jetset-Equinoxiales divise pour mieux vendre. Pas moins de cinq brochures viennent d’être publiées par le spécialiste des Amériques pour mieux répondre aux demandes de ses clients. Désormais, l’Amérique centrale et l’Amérique latine font l’objet de documents séparés, chacun édités à 100 000 exemplaires et prioritairement distribués au millier d’agences revendant la marque. S’ajoutent la traditionnelle brochure États-Unis, une autre incluant le Canada et pour la première fois l’Alaska et, enfin, la deuxième édition de la brochure Jetset Super Clubs, regroupant les séjours balnéaires tout compris aux Caraïbes et au Brésil. « Nous avons décidé de segmenter notre offre de façon à faire des économies, évitant au client intéressé par les USA de prendre un gros livre encombrant et plus cher en coût de revient », précise Jean-Marie Douau, DG du groupe. C’est aussi une manière de mettre en valeur l’offre Amérique centrale et latine, le point fort d’Equinoxiales, TO que Jetset a racheté en septembre 2002. Ces destinations sont devenues importantes dans le développement de l’entreprise, compte tenu de la mauvaise conjoncture sur les USA et surtout le Canada. Le groupe a donc embauché une vingtaine de personnes, notamment pour étoffer le service résa à la carte sur l’Amérique latine. L’an dernier, le TO a pris en charge 2 200 personnes sur ces axes, contre 1 800 au Canada (– 20 %) et 12 000 sur les USA (+ 19 %). Selon Ermanno Fici, le gérant, les États-Unis se sont bien vendus, grâce notamment aux forfaits Céline Dion, qui ont rencontré un franc succès (2 000 départs). Toutefois, le CA de 2003 (18,8 ME) reste en deçà de celui de 2001 (20,7 ME).

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *