Lancement des Antilles, création d’un éco label … Comment Solea prépare l’après-Covid 19

Production
Grande nouveauté : le lancement des Antilles, déjà dans les cartons avant le Covid-19.

Le TO, touché de plein fouet comme ses concurrents par la pandémie, a profité du confinement pour revoir son modèle et ouvrir son horizon.

 

Solea veut faire de la crise inédite traversée par le secteur une opportunité. Le TO a profité des deux mois de confinement et de l’arrêt des ventes pour repenser l’entreprise et prévoir l’avenir. Pour y parvenir, il a notamment bénéficié du soutien financier de ses deux actionnaires, Sun et Marietton, et d’un prêt bancaire de 2 millions d’euros. « On ne s’est jamais senti seul. Nous avons été accompagnés de façon hebdomadaire par Sun et Marietton sur nos business plans, nos négociations sur les prêts », indique Alexandre Espitalier Noël, à la barre de Solea depuis 4 ans.

Cette période a aussi été l’occasion pour le voyagiste de s’interroger sur son modèle et d’en faire évoluer certains aspects.

Création d’un label écoresponsable

 

« L’idée n’était pas de tout recasser mais d’identifier nos faiblesses mais aussi les opportunités et les tendances », souligne le DG. De nouvelles mesures ont donc été prises parmi lesquelles la création d’un label écoresponsable visible sur la partie hébergement de l’ensemble des destinations représentées dans les brochures.

Autre initiative : le développement de l’axe sur-mesure par la mise en place de formations pour les salariés du TO ainsi que le déploiement d’un logiciel de réservation qui reconnaîtrait immédiatement l’agence de voyages et toutes ses datas pour « une personnalisation absolue » .

Pas de hausse des tarifs

 

En parallèle, Solea travaille activement à la reprotection de l’ensemble des clients dont le voyage a été annulé depuis la mi-mars, soit plus de 1 200 dossiers. « Les commerciaux recommencent aujourd’hui (le 2 juin, ndlr). Ils vont devoir appeler chaque agence et traiter chaque dossier pour proposer une reprotection. C’est une course contre la montre. Plus on attend, plus cela peut inquiéter les clients », estime Alexandre Espitalier Noël.

Le TO, qui a dû mettre ses 25 salariés au chômage partiel, s’engage notamment à ne pas augmenter ses tarifs sur la partie terrestre jusqu’à fin 2021.

Les Antilles du 3 au 5 étoiles

 

Autre grande nouveauté : le lancement des Antilles, déjà dans les cartons avant le Covid-19. Le directeur général espère pouvoir envoyer les premiers clients là-bas dès début juillet « si la quarantaine est levée » d’ici-là. La production a été conçue par Corinne Tarasse, qui a notamment œuvrée comme chef de produit Caraïbes chez Jet tours pendant 20 ans.

Au programme, une production « assez large » en Martinique, Guadeloupe, Saint Barthélémy et Marie Galante avec des hébergements allant du 3 au 5 étoiles et trois compagnies aériennes référencées : Air France, Corsair et Air Caraïbes.

 

Publié par Céline Perronnet
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *