Laurent Abitbol veut atteindre 2 milliards d’euros de volume d’affaires d’ici trois ans

Production

Le patron du groupe Marietton n’a pas caché ses ambitions lors de la conférence de presse organisée à Lyon ce jeudi 23 novembre, deux jours avant que ne soient fêtés en grande pompe à Lyon les 50 ans de l’entreprise familiale toujours basée dans la capitale des Gaules («et qui le restera»).

«La plus grosse entreprise française de tourisme»

A vendre le groupe Marietton ? A écouter Laurent Abitbol lors de la conférence de presse tenue ce jeudi au Royal Hôtel de Lyon, il était bien difficile de l’imaginer. Car le Lyonnais désormais à la tête de «la plus grosse entreprise française de tourisme» (1,3 Md€ de volumes d’affaires) continue à avancer à marche forcée. 50 ans après la création de la toute première entité, une simple agence de voyages ouverte en 1968 rue Marietton par son père, Claude, et son oncle, Gilbert, Laurent Abitbol et ses deux frères, Stéphane et Arnaud, sont déjà à la tête d’un véritable empire construit pour l’essentiel par croissance externe depuis 2008.

«8 % du volume d’affaires français »

Le groupe compte en effet aujourd’hui 1.400 collaborateurs, 458 agences de voyages et 130 corners Auchan, deux TO (Voyamar et Ailleurs), 17 plateaux d’affaires pour un total de 250 M€ de chiffres d’affaires en 2017 (contre 242 M€ en 2016) et excédent brut d’exploitation passé de 10 à 15 M€ cette année. «Nous représentons aujourd’hui 8 % du volume d’affaires français. Mais nous pouvons aller jusqu’à 25 % » avance Laurent Abitbol qui escompte atteindre les 2 milliards d’euros de volume d’affaires d’ici trois ans. Un objectif qu’il vise en rachetant une soixantaine d’agences de voyages pour mieux mailler le territoire et un nouveau TO en 2018. «Je ne peux pas encore vous dire lequel. Nous avons fait connaître notre intention d’achat dans la presse professionnelle, les dossiers arrivent, nous les examinerons en janvier pour un rachat courant 2018» explique le Lyonnais.

Des agences de voyages au Luxembourg, en Belgique et en Suisse

Pas de nom à dévoiler donc maintenant, mais une certitude, ce nouveau TO gardera son autonomie (« Quand j’achète 18 entreprises, les 18 restent et toutes sont rentables ! »). Et une première annonce côté agences : l’extension du réseau de distribution vers les pays francophones limitrophes, la Belgique, le Luxembourg et la Suisse avec sans doute une première agence «à Genève». Les négociations sont en cours et l’agence pourrait prendre l’enseigne Havas Voyages.

 

Autre objectif dévoilé : atteindre 20 % de reventes des TO maison par les agences du groupe (contre 11 % aujourd’hui) et avoir rénové 70% des agences en 2018 et la totalité mi-2019 (37 % le sont aujourd’hui). «Ces travaux ont un coût mais nous enregistrons + 20 % d’activité dans les quatre mois qui suivent la rénovation» assure Laurent Abitbol, ravi d’annoncer une autre nouvelle côté distribution. Une campagne TV Havas se prépare. «Le film se tourne la semaine prochaine à Bucarest sur comment faire rentrer les jeunes en agences de voyages. Il sera diffusé en février et mai » .

«Tout le monde est à vendre»

Alors vraiment pas vendeur le président de Selectour ? «Tout le monde est à vendre. Si demain on me pose un gros chèque, je peux l’envisager» répond tout sourire le business man. Oui, des discussions ont lieu pour un nouveau tour de table capitalistique d’ici fin 2018. C’était prévu. Et le capital d’aujourd’hui, 38,2 M€ détenu à 40 % par la famille, devrait augmenter. «Nos partenaires sont prêts à nous donner plus de parts, et c’est aussi une volonté de notre part» assure Laurent Abitbol. La part de la famille pourrait ainsi augmenter de 7 %.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *