Le Club Med et Air Caraïbes signent pour 9 000 sièges

Production

Le Club Med signe avec Air Caraïbes un accord portant sur 9 000 sièges par an. Il concerne essentiellement le transport des clients vers le village rénové de Columbus Isle aux Bahamas.
 

Sylvain Rabuel, le patron du marché européen pour le Club Med, explique que "notre client haut de gamme attend de la qualité, notamment dans le transport aérien", "c'est ce qui nous a rapproché d'Air Caraïbes". Ca tombe bien, car comme aime le dire Marc Rochet, président d'Air Caraïbes et de French Blue, "si vous voulez être transporté prenez une compagnie, si vous voulez voyager prenez Air Caraïbes". Cet accord de deux ans débute le 10 novembre prochain. Les clients du Club Med bénéficieront notamment d'un pré-sitting, d'un repas à bord et du transport de bagages gratuit y compris le matériel de plongée. Marc Rochet rappelle les "trois valeurs communes" entre Air Caraïbes et le Club Med : "le respect du client, les meilleurs coûts de production sans compromis avec la qualité, et l'ambition avec l'ouverture de nouvelles routes". Il ajoute ainsi être "candidat sur Maurice" et précise qu'il vole déjà sur Cuba, où il n'y a pas "encore de Club Med". A bon entendeur… Toutes destinations confondues, Air Caraïbes transportera cette année 15.000 clients du Club Med. Essentiellement sur les Caraïbes où la compagnie enregistre des croissances de l'ordre de 10 à 15% et même sur les Antilles françaises où les réservations sont en hausse de 7% avec un prix moyen en baisse de 10%.
Les vols à destination des Bahamas seront opérés en A330-300, "le modèle le plus moderne sur la région" précise Marc Rochet. L'appareil est un bi-classe (éco et premium) qui dispose d'un système vidéo moderne (sous forme de tablettes 10 pouces en éco) et le wifi en grand débit. L'espace entre les sièges est de 81 centimètres en éco et de 91,5 en premium. Côté prix, la semaine du 5 janvier 2017 aux Bahamas pour deux avec chambre vue sur mer est à 4 480 euros en éco et 5 680 euros en premium. Un accord parfait, qui "ne nous coûte pas plus cher avec une meilleure qualité" conclut Sylvain Rabuel.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *