Le groupiste Quartier Libre accroît son activité sur la France

L’an dernier, Richard Carayon, PDG de Quartier Libre, voulait encore y croire et décidait de maintenir la Jordanie qu’il avait fait connaître voilà plus de 20 ans (Cf. QDT du 9/1/03). Las. Avec 4 à 6 groupes par an, la destination se fait de plus en plus discrète. Le groupiste se recentre donc sur des routes plus « traditionnelles » comme la Scandinavie, l’Irlande et même la France, avec son activité hôtel-club dans le Lubéron (79 chambres 3*). « Avec un taux de remplissage de 74 % dès la première année, nous avons gagné notre pari : nous imposer également sur la France, un vrai marché ignoré de nombreux TO. Or beaucoup de nos clients recherchent aussi des produits France. La confiance qu’ils nous accordent sur nos programmes à l’étranger se reporte sur notre offre France et inversement », se réjouit le PDG. Résultat : son activité hôtel-club, son maintien sur la Scandinavie (autour de 5 000 pax) et sa progression sur l’Irlande (+ 15 %) devraient lui permettre de limiter la perte d’activité cette année à 3 %. En outre, l’ouverture du vol régulier Lyon-Dublin par Aer Lingus élargit ses possibilités sur l’Irlande. En test depuis un an, la Laponie sera véritablement lancée en 2005 avec 4 départs de Lyon (20 et 27 février, 6 et 13 mars), soit 600 pax. Et le groupiste lyonnais entend booster son activité France en doublant la capacité d’accueil de son hôtel-club d’Apt. Le permis de construire en poche, Richard Carayon recherche aujourd’hui un partenaire pour bâtir 80 nouvelles chambres. « J’hésite encore entre la solution hôtel et la résidence hôtelière », lance le PDG.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *