Le Sri Lanka séduit toujours plus de TO

Production

Les récentes élections n’ont pas perturbé le processus de paix en cours.
De nouveaux TO devraient s’ajouter aux 40 qui programment déjà le pays.
L’OT basé à Paris prévoit une campagne de communication pour fin 2004.
Il y a une semaine, 13 millions de Sri Lankais se rendaient aux urnes à l’occasion d’élections législatives anticipées… de 4 ans. La présidente Chandrika Kumaratunga, en litige avec son Premier ministre de droite Rani Wickremesinghe, a remporté la majorité des suffrages dont l’enjeu principal reposait sur les négociations de paix issues du cessez-le-feu signé en février 2002 entre le gouvernement et les rebelles tamouls. En croissance de 6 % en 2003, l’économie locale et notamment l’industrie du tourisme avaient su profiter de ces accords de paix. Ces élections doublées d’une reprise avortée de luttes intestines entre factions tamoules rivales (dans le nord) risquent-elles de changer la donne ? Pour Dileep Mudadenya, directeur de l’OT du Sri Lanka à Paris, la réponse est non. « Le nouveau Premier ministre, M. Rajapakshe, est bien déterminé à poursuivre le processus de paix engagé, et son ministre du Tourisme entend conforter la 4e place qu’occupe actuellement cette industrie au niveau des ressources nationales. » L’année dernière le secteur a rapporté 325 M de dollar au pays et généré près de 95 000 emplois directs et indirects. « En 2003, notre meilleure année en termes de fréquentation, 500 000 touristes dont 30 000 Français (+ 43 %) avaient visité notre île », confie Dileep Mudadenya qui remercie l’enthousiasme des TO pour son pays. Longtemps boudée, la destination combinée ou pas avec les Maldives est aujourd’hui programmée par une quarantaine de TO et l’on parle déjà de l’arrivée d’autres TO sur cet axe, les noms d’Austral Lagons et de Club Med circuleraient. « Les voyagistes nous suivent car nous avons choisi de travailler sur la qualité, les services et l’accueil », poursuit le directeur qui annonce l’ouverture prochaine de plusieurs hôtels de standing dont un par la chaîne de luxe Banyantree. De plus, conscient de la richesse de son environnement, le gouvernement a opté pour un tourisme durable repoussant pour l’heure le concept « all inclusive ». Notez qu’une vaste campagne de communication à destination du grand public serait programmée pour fin 2004.
Les agents de voyages aussi plébiscitent la destination
Nathalie, Pascal Voyages à Bayonne
« J’ai découvert ce pays en octobre dernier et j’ai adoré. Cependant, malgré mes arguments et mon enthousiasme pour cette destination, je n’ai eu que peu d’occasion de la vendre. J’ai en ce moment des clients sur place mais de manière générale, les gens demandent peu l’Asie ces derniers mois. J’espère de meilleures ventes pour l’automne prochain…. si la conjoncture ne s’aggrave pas. Car c’est plus ce problème que la destination elle-même qui freine les départs. »
Sophie, Avaricum à Bourges
« Je ne connais pas ce pays mais ma collègue Sylvie m’a donné envie d’y aller. Elle a trouvé la destination superbe et depuis tente de convaincre les clients. Peu au fait de ce qu’il s’y passe, les clients ne posent pas beaucoup de questions. »
Zoulikha, Bleu Sud à Avignon
« J’adore, j’adore, j’adore. Les gens y sont souriants, hospitaliers, pauvres mais pas malheureux. Quant aux paysages, ils sont tout simplement superbes et les retours de clients sont toujours positifs. D’ailleurs, 6 d’entre eux à peine rentrés nous ont dit s’être régalés. L’avantage du Sri Lanka repose sur tout cela mais aussi sur la variété de ses sites touristiques… il n’y a pas que des temples. Sincèrement, je ne sais pas qui peut ne pas aimer ce pays. »

Publié par La Rédaction

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *