Malgré la situation, Vacances Transat parie toujours sur l’Asie

Production

Peu affecté sur l’Inde où il ne comptait que 6 clients au moment des attentats de Bombay, Vacances Transat traîne aussi la patte sur la Chine qui n’a pas repris après les JO de Pékin. Le TO se rattrape sur le Vietnam et les Philippines.Bien qu’alarmé et attristé par la situation en Inde, Patrice Caradec, DG de Vacances Transat ne remettra pas en question sa stratégie de développement sur l’Asie. "C’est un axe de croissance important pour nous. Même si cette zone ne représente pour l’heure que 15% de notre activité, elle est amenée à grandir et de tels incidents freinent nos ambitions." Avant les manifestations, la Thaïlande "marchait très correctement" chez Vacances Transat avec des taux de progression à deux chiffres. Vendredi dernier, le TO comptait 392 clients sur place, pour qui il cherchait désespérément des solutions de rapatriement. En attendant, la direction a choisi de suspendre tous les départs (180 personnes). "La Chine n’a jamais redémarré après les JO et le conflit Tibétain ne va pas l’y aider. Heureusement pour nous, le Vietnam cartonne" poursuit le DG qui, en deux ans, a réussi à prendre des parts de marché sur cette destination. En progression de 60% cette année chez Vacances Transat, le Vietnam n’affiche que +15% chez les autres TO du Ceto. "On prend nos marques et l’année prochaine si tout va bien nous arriverons à maturité sur cet axe" précise Patrice Caradec qui n’est pas mécontent d’avoir misé sur le Vietnam il y a deux ans (il a longuement hésité avec l’Inde et la Chine). Deuxième bonne surprise sur cette zone, les Philippines, lancés il y a peu, accrochent le marché. Le TO qui s’était fixé 200 clients en a déjà séduit le double. Japon, Chine, Inde, Sri Lanka, Maldives, Bali, Vacances Transat s’essaie à tout. "Je suis content d’être devenu un généraliste, car quand l’Asie va mal, les clients se reportent sur l’Amérique latine et l’Amérique du nord, où nous sommes également présents" conclut Patrice Caradec.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *