Maroc, Tunisie, Egypte : les touristes français sont de retour

Production
René-Marc Chikli, président du Seto.

Les touristes français sont bel et bien de retour dans les pays du Maghreb et en Egypte. René-Marc Chikli, président du syndicat des tours-opérateurs (Seto) évoque même « des croissances à trois chiffres pour beaucoup de tours-opérateurs ».

« Des prix, de la qualité et du service que l’on ne retrouve pas ailleurs »

Le président du Seto rappelle qu’en 2016/2017, la Tunisie « avait déjà enregistré une progression de 114% en trafic », mais ce n’était encore « qu’un souffle ». En effet, en 2017/2018, « nous sommes en train de reconstituer une partie de notre chiffre d’affaires ». Une  période de reconstitution de CA qui ira « très vite ».

Même chose sur l’Egypte avec une hausse spectaculaire de 146% en 2016/2017, et « pour cette année encore de belles progressions ». Il y a tellement peu de soucis sur l’Egypte que cet hiver, les « bateaux étaient tous plein sur la descente du Nil » ajoute t-il.

Quant au Maroc, à fin décembre, l’été était déjà en hausse de 76% en chiffre d’affaires, et de 61% en nombre de passagers. « Et ça va être encore meilleur à fin janvier » prévient René-Marc Chikli.

Côté stocks, qu’ils soient hôteliers ou aériens, « il n’y a aucun souci » assure t-il, « d’autant plus que le marché anglais est aujourd’hui en difficulté à cause du Brexit ».

 

Même si certains professionnels comme Richard Vainopoulos, président de Tourcom (lire), doutent publiquement de la reprise de la Tunisie et de l’Egypte, le président du Seto est totalement confiant. « Les clients ont intégré le fait de vivre dans un monde d’incertitudes » et ce sont les clients, « et eux seuls » qui « reprennent confiance ou non sur une destination ».

A ses yeux, le Maroc, la Tunisie et l’Egypte, ont réussi à rassurer les clients, qu’ils soient clients d’agents de voyages ou clients tout court. Pour René-Marc Chikli, « on ne peut pas avoir un avis contraire au client, ça ne sert à rien et ça ne l’empêchera pas d’aller où il a envie d’aller ». Au Maghreb et en Egypte, « il retrouve des prix, de la qualité et du service, que l’on ne retrouve pas ailleurs ». C’est vrai que les difficultés du Maghreb ont profité à d’autres durant un certain temps. Mais aujourd’hui, en revenant massivement, « le client décide de remettre de l’ordre dans le marché du loisir ».

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (3)

  1. Je suis belge et vis en Egypte depuis 18 ans
    Je n’ai jamais eu 30 seconde de peur , même pendant la révolution, il y a 8 ans déjà
    je travaille dans le secteur de la -plongée s/marine
    Nous avons bcp souffert
    Je suis heureux d’apprendre que les Français reviennent
    tout les autres pays sont déjà revenu depuis longtemps
    Tout ca a cause de la mauvaise information des médias
    Merci pour votre article qui redonne de l’espoir
    Serge

    1. Vous avez commis l’erreur de vous être installé dans un pays devenu dangereux comme l’Egypte. Revendre votre business ? il vous faudrait le brader ! Les européens qui continuent de prendre des risques (bien réels) le font pour la faiblesse des prix… vous ne gagnerez pas grand chose avec eux. Ni avec les russes et les chinois.

  2. Les touristes qui retournent dans ces pays le font pour les prix bas proposés. Ils leur font oublier les risques encourus. Lorsqu’ils seront victimes du prochain drame, nous les verrons sur nos écrans effondrés et exigeant d’être rapatrier au plus vite. Il y a de nombreux pays à éviter pour des raisons d’insécurité. Ces trois en font partie et pour longtemps…

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *