ParisCityVision mise sur la Seine et étend ses canaux de distribution avec la blockchain

Production

La baisse d’activité liée à la crise des Gilets jaunes n’empêche pas ParisCityVision, dirigé par Florence Bayeart, de poursuivre son plan de transformation amorcé il y a déjà plus de 2 ans « pour passer du métier d’assembleur à celui de producteur ». Par ailleurs, la vieille dame, 90 ans, se lance dans la blockchain.

Pour matérialiser l’évolution de son business modèle, ParisCityVision s’apprête à devenir Paris Expérience Groupe, un nom qui colle plus aux attentes des clients, en quête d’offres personnalisées.

Cette marque ombrelle chapeautera le pôle fluvial qui s’est sensiblement enrichi après le rachat de Paris Seine, société basée au pied de la Tour Eiffel qui permet aux entreprises ou individuels de choisir parmi trois bateaux un lieu pour privatiser des évènements. Rappelons que Paris Cityvision possède aussi un port d’attache à Solférino où elle organise des croisières à bord de cinq bateaux. Paris Seine est d’ailleurs la marque qui abrite toutes les activités fluviales.

Pour répondre aux nouvelles demandes de la clientèle, l’entreprise a aussi racheté deux startups, ce qui lui permet de s’offrir un pôle « excursions pédestres » autour de visites insolites.

Localers propose à la clientèle internationale des expériences innovantes et originales à Paris en s’appuyant sur l’expertise et la passion de 120 guides locaux (chefs, historiens, designers, acteurs…). Ce spécialiste des visites guidées thématiques à pied a rejoint la famille  ParisCityVision en 2016.

Cariboo est une communauté d’habitants passionnés qui font découvrir ou redécouvrir nos quartiers à travers des visites ou activités insolites et originales. On les trouve à Paris, Nantes, Bordeaux ou Caen mais aussi dans de nombreuses villes à l’étranger.

On peut aussi citer quelques produits originaux comme une visite audio-guidée autour du Palais de la cité par Lorànt Deutsch, dont on connait l’expertise pour l’histoire de la capitale.

La montée en puissance sur la Seine et l’acquisition de ces startups devraient permettre à l’entreprise d’attirer plus de Français, sa clientèle est aujourd’hui à 90% étrangère – 60% d’Américains. Florence Beyaert note une montée en puissance de la clientèle chinoise et indienne.

Si Paris reste le cœur de cible, l’entreprise est depuis longtemps allée voir ce qui se passe au-delà du périphérique, Versailles et les Châteaux de la Loire, bien sûr, mais aussi Bordeaux, la Champagne ou encore la Provence, « pour de nombreux visiteurs, Paris c’est la France, on peut donc se diversifier ».

Enfin, Florence Beyaert, comme beaucoup d’acteurs, cherche à mieux maîtriser sa distribution pour recueillir toujours plus de données et ainsi mieux servir le client, la technologie blockchain est une solution qui doit permettre d’être moins dépendant de Google. Par ailleurs, pour les achats d’impulsion, et après un appel d’offres remporté auprès de la mairie de Paris, ParisCityVision s’apprête à ouvrir un point de vente mobile place de l’Opéra et un kiosque ouvrira à proximité de la station de métro Anvers, non loin de Montmartre. En tout, l’entreprise pourra s’appuyer sur cinq points de vente à Paris. Enfin, l’entreprise s’est mis en ordre de bataille pour gérer les ventes de dernière minutes qui seront plus importantes cette année compte tenu de l’attentisme liée à la crise des Gilets jaunes.

 

ParisCityVision étend ses canaux de distribution grâce à la startup blockchain « BTU Protocol »

ParisCityVison et BTU Protocol ont signé un accord pour intégrer la technologie Blockchain à la réservation d’activités et excursions touristiques à Paris.

L’entreprise peut désormais diffuser l’ensemble de son offre auprès de nouveaux segments de clientèle, tels que les blogueurs, les influenceurs, les agences de voyages ou de nouveaux partenaires.

L’application interactive (widget) conçue par BTU Protocol, permet à tout internaute, particulier ou professionnel, de devenir intermédiaire de vente des excursions ou des visites guidées de ParisCityVision, en créant en seulement quelques clics une billetterie en ligne sur son propre site. Un bloggeur passionné de Paris, une influenceuse dans le domaine du tourisme, un site de voyages ou un développeur de sites web n’aura qu’à intégrer un module au sein de ses contenus, sous la forme d’un calendrier interactif ou d’un lien (par ex : « réservez ici »). Les particuliers pourront également revendre les activités proposées par ParisCityVision directement depuis leur page Facebook.

Ce système permet à l’entreprise de proposer ses offres quasiment en direct à ses clients et de leur proposer les tarifs les plus compétitifs. Pour inciter les entreprises ou les particuliers à promouvoir la réservation, une rémunération de 10% du montant total de la commande sera reversée en crypto actif BTU (cryptomonnaie). BTU Protocol ne conserve aucune donnée personnelle du client final.

Ce service est ainsi destiné à toute entreprise ou entité en contact avec des touristes ou voyageurs :

– Les hôteliers (réceptionnistes ou concierges) pour répondre aux demandes des visiteurs ;

– Les comités d’entreprises pour les proposer à leurs salariés ;

– Les bureaux des étudiants pour que les étudiants puissent avoir un catalogue d’activité ;

– Les particuliers pour que les bloggeurs et les influenceurs puissent enrichir les contenus de leurs sites web, renforcer l’interaction avec leurs followers et revendre les activités depuis leur page Facebook ;

– Tout type d’entreprise souhaitant compléter ses offres et augmenter son panier moyen (site de réservation, société de transport…).

« La technologie innovante de BTU Protocol offre à ParisCityVision une multitude de nouveaux canaux de vente mais aussi l’opportunité de renforcer ses liens avec les influenceurs et blogueurs qui font désormais partie intégrante du marché du voyage. Elle permet par ailleurs de cibler certaines catégories de voyageurs en fonction des sites fréquentés » précise  Florence Beyaert, présidente du directoire du Groupe ParisCityVision.

Le service sera disponible à partir du 16 avril 2019

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *