Passagers bloqués : pour Marmara, les clients passent avant la communication

Production

Critiqué pour ne pas avoir suffisamment communiqué alors que ses clients étaient bloqués à Bordeaux en début de semaine, Hervé Vighier, PDG de Marmara, rétorque que dans ce genre de situation, "je m’occupe d’abord de mes clients, la communication passe après". Explications.Dimanche dernier, 64 clients de Marmara doivent s’envoler de Toulouse à destination de l’Egypte pour un séjour d’une semaine. A cause du brouillard, "ce qui arrive à cette époque", ils ne partent pas. Ils sont alors acheminés par bus vers Bordeaux où le TO a prévu un autre vol pour l’Egypte. Comble de malchance, un problème technique contraint le pilote à partir à vide. Pour Hervé Vighier, celui-ci a "préféré l’option sécurité". Ce qui est plus sage en effet, mais ne règle ni le problème des passagers, ni celui du TO. "Nous proposons alors à nos clients de rembourser deux fois le prix du forfait" poursuit le PDG. Au total, "38 d’entre eux acceptent". Quant aux 26 autres, 2 optent pour un report sur Marrakech, 24 choisissent de partir mercredi de Paris pour "un long week-end à Istanbul dans un très bon hôtel". Et pour leur retour dimanche, "nous nous sommes arrangés pour que l’avion fasse un arrêt à Toulouse". Marmara prend tout en charge pour que les clients soient le "moins mécontents possible". De plus, "nous avons averti toutes les agences de voyages concernées du déroulement des événements". Pourtant, il reconnaît volontiers "que notre communication en direction des agences a été insuffisante, mais nous avons fait le choix de traiter en priorité les clients et de trouver des solutions satisfaisantes pour eux comme pour Marmara". Aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre. "Nous avons vraiment tout fait pour que nos clients soient satisfaits !" conclut Hervé Vighier.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (6)

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *