Perfectstay veut incarner la nouvelle génération du tour-operating

Production
Raphaël Zier et Laurent Curutchet, co-fondateurs de Perfectstay

Permettant à de grandes marques – une vingtaine de partenaires actuellement – de proposer des offres voyages à contenu exclusif à leurs clients, Perfectstay poursuit son ascension. Déjà positionnée sur 9 pays en Europe, la start-up devenue grande en à peine quatre ans lorgne déjà sur d’autres géographies, en Asie et aux Etats-Unis.

 

 

De 35 collaborateurs il y a un an et demi, ils sont aujourd’hui 130. D’autres devraient prochainement arriver. Conséquence, un nouveau déménagement. La jeune société s’apprête en effet à quitter le deuxième arrondissement de Paris pour emménager dans des des locaux plus vastes, non loin de Paris saint-Lazare dans le 9ème arrondissement. Une ascension fulgurante qui s’explique par le modèle innovant de distribution de voyages sur lequel est adossé Perfectstay.

 

Petit rappel. Perfectstay, un nom qui a vocation à être décliné à l’international, c’est d’abord l’association de quatre hommes : Ludovic Bailly, Laurent Curutchet, Stéphane Libre et Raphaël Zier. Forts de leurs expériences respectives dans l’e-tourisme, ils ont uni leurs compétences pour fonder en 2016 Perfectstay. « Il s’agissait pour nous de trouver un moyen de se démarquer des acteurs travaillant déjà sur ce marché. Nous nous sommes arrêtés sur le modèle de ventes privées. Mais plutôt que de faire un énième BtoC, nous avons fait le choix du BtoB en opérant pour de grandes marques qui peuvent alors fournir une expérience qualitative à leurs clients » résume Laurent Curutchet. Si Air France ou Veepee (Ventes Privées) sont des partenaires historiques, bien d’autres ont fait confiance à la start-up. Des compagnies aériennes comme Emirates ou Transavia, mais encore des spécialistes du e-commerce comme Cdiscount, La Redoute. Au total, sur un modèle BtoBtoC, une vingtaine de marques ont noué un partenariat avec Perfectstay. « A toutes ces entreprises, grâce à une technologie développée en interne, nous leur packageons des offres adaptées à leur ADN. C’est du cousu-main car nous nous occupons aussi de toute la partie marketing et la gestion de la relation client » souligne Raphaël Zier qui précise que depuis le lancement de la jeune pousse « quelque 200 000 clients ont voyagé via Perfectstay ».

 

En amont, au département production (ou sourcing), une cinquantaine de personnes négocient avec les prestataires, les hôteliers notamment. « Ces derniers ont l’assurance d’être visibles sur les sites de marques prestigieuses et puissantes » assure Raphaël Zier qui explique que les packages sont construits « en fonction des routes aériennes, de la demande, de la saisonnalité, et du profil des clients, ce qui au final permet d’adresser du contenu exclusif ». « Entre 300 et 400 deals sont conclus chaque semaine » ajoute Laurent Curutchet.

 

Concernant les contrats hôteliers, les achats s’effectuent en prix nets ce qui permet ensuite à Perfectstay de contrôler son prix de vente. Pour ce qui est des partenariats commerciaux avec les marques premium, c’est la règle du commissionnement classique qui s’impose. « Selon l’activité créée, nous pouvons aussi nous partager la marge opérationnelle » précise Laurent Curutchet.

 

L’an dernier, Perfectstay a réalisé sa première levée de fonds, 15 millions d’euros, auprès de Partech et Felix Capital. Un apport qui lui permet d’investir dans les ressources humaines et technologiques, mais aussi de se développer à l’international. Si « 85% de l’activité est liée à la France », la start-up veut « scaler en dehors de ses frontières ». Présente en à peine trois ans sur neuf marchés majeurs en Europe, Perfectstay lorgne déjà sur l’Asie et les Etats-Unis. « Nous sommes partis d’une feuille blanche pour créer quelque chose susceptible de basculer rapidement à l’international » confirme Laurent Curutchet qui regarde « là où le business est possible » et veut initier « des discussions avec des partenaires qui ont des clients partout dans le monde ».

 

Après avoir réalisé un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros, Perfectstay espère le doubler cette année. « Nous allons continuer à générer beaucoup de croissance » assure Raphaël Zier convaincu qu’il est ici entrain de « dessiner la nouvelle génération du tour-operating ».

 

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *