Polynésie / éductour de rêve : le catamaran et la vanille

Production
Entre Tahaa et Raiatea, les agents de voyages français testent le Lagoon 560 de Tahiti Yacht Charter.

Le Paul-Gauguin a poursuivi sa route dans la nuit. Les agents de voyages invités par Voyage de Légende/ Austral Lagons se réveillent en longeant Tahaa. La journée va s’organiser entre un test produit (nautique) et un ilot privé…

 

Ce matin, sur le Paul-Gauguin posé devant Tahaa,  les agents de voyages français ont rendez-vous au Grand Salon. Un lieu stratégique pour les attractions à bord. La veille, le capitaine Ljutic y a présenté son « état-major ». Le géant tout de blanc vêtu a aussi enchainé les photos souvenir avec les passagers habillés chic. Après dîner, le spectacle tahitien des Gauguins et Gauguines (l’équipe d’animation à bord) a ravi les vendeurs français. Même si au fur et à mesure le jetlag et le roulis ont éclairci les rangs.

D’un bateau à l’autre

8h15 ce matin, tout le monde est là, matériel de snorkelling à la main. Une difficile matinée de travail attend les agents de voyages… à bord d’un catamaran. Mais si, on n’arrête pas de le dire : « on vend mieux un produit que l’on a pu tester » ! Donc pour ces bateaux privatifs opérés par Tahiti Yacht Charters en plusieurs formules et dans plusieurs tailles, il a fallu essayer un Lagoon 560.

 

Consciencieux, les vendeurs ont tout testé : les filets pour s’allonger, le canapé pour s’enduire de crème de protection, les fruits frais préparés par Jenny,  l’hôtesse. Le plus dur ? Descendre dans la mer observer le fond marin. Ou peut-être le kayak, à moins que ce ne soit le paddle. Florence s’est, elle, dévouée pour le transat dans l’eau. Pas si facile! Le tout sous un chaud soleil avec une mer quasi-transparente…

Un épisode météo exclusif

Pendant les explications d’Amandine, la commerciale, sur la vie des clients à bord « facilitée pour de plus en plus de non-voileux »-, la météo a viré. Une lumière blanche et grise a recouvert le lagon de Tahaa-Raiatea et la pluie s’est mise à tomber. Des petites gouttes d’abord, un vrai grain ensuite. Fabien, le skipper a carrément enfilé son blouson de pluie avant de descendre le Zodiac. Les agents de voyages français en paréo et tee-shirt ont pris place pour débarquer sur le motu (îlot) privé du Paul-Gauguin.

Une reine des fleurs

 

Aménagé avec tables, bancs, parasols et transat, le site promet une après-midi détente. Déjà, c’est apéro avec cocktail dans une noix de coco. Parfait pour une photo glamour au bord du lagon. « Sauf qu’avec cette drache, vaut mieux rester à l’abri » recommande Floriane. Les  équipes du Paul-Gauguin ont tout apporté pour un super déjeuner barbecue.

Pendant que chacun reprend des forces, tous s’interrogent. Karine reçoit, comme à l’aéroport, la bienvenue d’amis polynésiens.  Ornée de colliers de fleurs et de coquillages, une couronne tressée de fleurs de tiaré sur la tête, serait-elle « la reine d’un motu » ? Non, juste la gentillesse de Tahitiens qui font le déplacement pour voir une amie.

 

Des palmes dans le lagon

Le rideau de pluie commence à faiblir, les Français se jettent à l’eau. Masque, tuba, palmes, c’est parti. Petits poissons et concombres de mer sont au rendez-vous. Sur le rivage, on voit les trous profonds creusés par les « tupa » mais ces crabes restent cachés. A l’atelier des Gauguins et Gauguines, Cindy  s’essaie à la couronne tressée en feuilles de palmiers. Pas évident au début.

 

Plus loin, deux étals proposent leurs marchandises. Perles issues d’une ferme perlière côté Raiatea, gousses de vanille de la variété de Tahaa,  paréos colorés, monoï fait maison, il y en a pour tous les goûts.  Beaucoup y font leurs emplettes avant de remonter sur le Paul-Gauguin. Antoine s’est vu conseiller un petit pot de tamanu pour apaiser le rouge de son visage. Une bonne idée car la pluie a cessé.

 

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *