Pour Salaün Holidays, l’année 2004 semble bien engagée

Production

Après l’agence de Pont l’Abbé, Salaün va aussi ouvrir une agence à Rennes.
Sur la période janvier/avril, les vente tourisme du groupe ont grimpé de 7 %.
Salaün envisage de sortir de sa région d’origine via des partenariats.
Salaün Holidays poursuit son développement. Le miniréseau du Grand Ouest vient en effet d’annoncer l’ouverture de son 23e point de vente, à Pont l’Abbé. Comme l’explique Stéphane Le Pennec, directeur général du groupe Salaün, « nous avions décidé de nous implanter là-bas pour parfaire notre maillage dans le Finistère et alors que nous étions prêts à créer une agence, nous nous sommes mis à discuter avec Jean-Louis Paret, qui y avait une agence. Nous avons donc racheté son fonds de commerce et il en est devenu le directeur ». Et ce n’est pas fini puisque « sous peu nous ouvrirons une 24e agence à Rennes ». Un développement ambitieux donc, plutôt en ligne avec les premiers résultats de l’année. Comme le précise le DG, « pour le moment nous sommes plutôt satisfaits de 2004 ». Un euphémisme au vu des chiffres. Ainsi, les ventes tourisme (tous TO confondus) ont progressé de 7 % sur une période allant de janvier à avril 2004 par rapport à la même période de l’année écoulée. Quant aux ventes billetterie (qui représentent 15 % du CA du réseau), elles ont progressé de 18 % sur la même période. Enfin, car il ne faut pas oublier que le groupe Salaün a aussi une activité de tour-opérateur, le chiffre généré par la production « maison » aurait progressé de 20 % (toujours sur la période précitée). Notez que le TO Salaün est revendu dans d’autres agences que celles du réseau Salaün. Et Stéphane Le Pennec de préciser : « Nous avons vu de belles progressions sur nos circuits Europe, Russie et long-courrier USA, en revanche, c’est plus difficile en ce qui concerne le balnéaire méditerranéen. » Côté projets, le groupe a 2 ou 3 nouvelles ouvertures de prévu, mais il s’agit essentiellement de reprise d’agences existantes. Comme l’explique le DG, « nous sommes producteurs, nous avons donc besoin de maîtriser au mieux notre distribution ». Parmi les autres projets du groupe, l’envie de sortir, via le biais de partenariats, de la région Grand Ouest : « Nous sommes en train de discuter avec des autocaristes et des réseaux de distribution afin d’exporter notre modèle. »

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *