Rapatriements, suspension des départs, à-valoir … Fram détaille sa gestion de la crise

Production
Alain de Mendonça, directeur général de Fram/Plein Vent. ©DR

Dans un courrier adressé aux agences de voyages et aux partenaires, Alain de Mendonça, le directeur général de Fram/Plein Vent, explique point par point les actions mises en place par le TO depuis le début de l’épidémie.

 

Dans un long courrier adressé jeudi aux agences et partenaires de Fram/Plein Vent, Alain de Mendonça revient en détails sur la situation « historique » et « tragique » que traverse le secteur.

 

« Les mots nous manquent pour décrire la complexité de la situation que nous devons gérer en tant que professionnel du tourisme. Néanmoins, la situation vécue dans les hôpitaux avec les sacrifices réalisés par le personnel soignant doit nous aider à relativiser nos propres difficultés », indique-t-il en préambule.

La gestion des clients à destination

 

Il consacre ensuite la première partie de son courrier à détailler les mesures de rapatriement mises en place par le TO ces dernières semaines. « Notre préoccupation première fut de rapatrier tous vos clients bloqués à destination. Nous avons affrété des avions sur le Maroc, Djerba, Tunis, Lanzarote, Grande Canarie, Fuerteventura, Tenerife, Louxor et quelques autres pays ».

 

Des opérations de rapatriement qui ont représenté « un surcoût considérable pour notre entreprise, qui sera de l’ordre de 2 millions d’euros ». Alain de Mendonça affirme par ailleurs que le TO gardera « en mémoire que certaines compagnies aériennes en ont profité pour augmenter leurs prix et que l’Etat avec ses ambassades n’a pris en charge aucun rapatriement ».

 

Il insiste également sur les conditions de travail éprouvantes des équipes : « Nos équipes ont travaillé jour et nuit. Ce fut un travail héroïque car certains espaces aériens se sont fermés, des compagnies ont annulé leurs vols au dernier moment, des transits sont devenus interdits pour les Français… Et dans les rares cas où les avions circulaient encore librement, ce sont parfois les PNC qui refusaient de monter à bord de peur d’être contaminés ».

La suspension des départs de mi-mars jusqu’au 15 mai

 

Après avoir reporté les voyages prévus la deuxième quinzaine de mars puis ceux du mois d’avril, Fram profite de cette lettre pour annoncer la suspension des départs jusqu’au 15 mai, comme le préconise le Seto. « Ce jour, nous annonçons aussi les reports des voyages jusqu’au 15 mai. Pour les départs au-delà du 15 mai, les conditions de frais d’annulation demeurent celles des CGV ».

Les modalités du bon à-valoir et des futurs voyages

 

Enfin, Alain de Mendonça précise que « l’Ordonnance n°2020-315 pose un cadre général pour l’organisation de la gestion des reports dont le départ est rendu impossible en raison de la force majeure liée au COVID-19. Les Bons-A-Valoir ne peuvent donc concerner que des voyages avec des départs jusqu’au 15 mai pour les clients FRAM / Plein Vent ».

 

Les agences ont d’ici là l’obligation de le communiquer aux clients sur un support durable « dans un délai de 30 jours à compter de l’annonce du report, et le 25 avril 2020 au plus tard pour les reports communiqués avant l’entrée en vigueur de l’Ordonnance ».

 

Puis « dans les 90 jours suivant la notification du report, une proposition de voyage identique ou équivalente devra être faite à votre client : nous vous assisterons ainsi le moment venu pour les dossiers concernant FRAM ou Plein Vent. Si le client refuse cette première proposition, nous vous accompagnerons alors pour établir d’autres offres. Si le client choisit un voyage plus cher, il devra payer la différence », explique Alain de Mendonça.

 

Enfin, il affirme que « Fram et Plein Vent ne factureront aucun frais additionnel autre que les éventuels frais des compagnies aériennes que nous connaitrons dossier par dossier quand les compagnies nous répondront pour les vols annulés ou maintenus. Ces éventuels frais ne seront pas à facturer en plus aux clients mais ils seront déduits des A-Valoirs ».

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *