Thomas Cook France: il n’y a plus d’offre sur Jet tours mais la moitié des salariés pourrait être repris

Production

Le tribunal de Nanterre ne rendra sa décision que le 27 ou le 29 novembre selon Thomas Cook France. La direction retire son offre de reprise du tour-opérateur Jet tours. Les offres des repreneurs potentiels sur les agences ont été améliorées. Le service groupes attire les convoitises.

 

A la veille de l’étude des offres de reprise par le tribunal de commerce de Nanterre, Thomas Cook France donne quelques précisions. Un regroupement d’offres permettrait la reprise de 149 agences et 324 salariés (sur un total de 777).  L’ajout de l’activité groupes représente 25 salariés supplémentaires.

 

Les  administrateurs judiciaires finalisent les  scénarios de reprise. L’offre du consortium initialement constitué de 6 repreneurs a été améliorée de façon conjointe et indivisible. Elle pourrait intégrer l’activité groupes BtoC. D’autres offres sont positionnées également sur des reprises d’agences, ainsi que sur l’activité marathon.

 

Pas d’offre pour Jet tours

En revanche, l’offre portée par le management a été retirée. C’était la seule à proposer une reprise de l’activité tour operating Jet tours. La proposition « n’a pas réussi à trouver la totalité du financement nécessaire dans les délais impartis » indique la direction de Thomas Cook soutenue par Jean-Marc Ettori (Corsica  Tours).

 

Une décision a priori reportée d’une semaine

Les offres et leurs combinaisons seront présentées le 19 novembre au tribunal de commerce de Nanterre, qui devrait rendre sa décision la semaine prochaine entre le 27 et le 29 novembre.

Les reprises pourraient alors être effectives à compter du 1er décembre, sauf en ce qui concerne l’activité groupes.

Pour les salariés qui ne seraient pas repris, des projets de PSE sont discutés avec les représentants du personnel. Thomas Cook France compte 174 agences de voyages en propre dites intégrées.

 

Les 247 franchisés ne sont pas concernés par le redressement judiciaire et continuent leur activité de façon indépendante, avec leur licence d’agent de voyages et leur garantie financière (dont APST).

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *