Thomas Cook: pour chercher un emploi, les salariés licenciés seront assistés par l’OPCO Mobilités

Destination
Les salariés de Thomas Cook ont le choix potentiel de 22 branches au sein de l'OPCO Mobilités.

À la demande des Entreprises du Voyage, le conseil d’administration de l’OPCO Mobilités a adopté le 16 décembre un plan d’action de 500.000 euros. Ce plan vise à faciliter un retour à l’emploi rapide des 338 salariés de Thomas Cook non repris. Il s’appuie sur les entreprises membres de l’organisme en charge des budgets formation.

 

Lors de la liquidation de Thomas Cook France, le  28 novembre, on a appris que  330 personnes allaient être licenciées. Aucun repreneur ne s’est manifesté pour le tour-opérateur Jet tours ni pour 25 agences de voyages. Et dans les agences de voyages reprises, entre 11% et 50% des postes sont supprimés. Le PSE (plan social) parti à la Direccte pour validation concerne 338 personnes en licenciement économique.

 

Environ 1.500 euros par personne

Le syndicat professionnel des Entreprises du Voyage a demandé à l’OPCO Mobilité (opérateur de compétences des métiers de la mobilité) son aide. L’organisme,  ex-OPCA, chargé de collecter les fonds de formation continue des entreprises de 22 branches et la RATP, a voté un plan d’action de 500.000 euros en faveur du retour à l’emploi des anciens salariés de Thomas Cook. Soit l’équivalent de 1.479€ par personne.

 

« Ce plan, qui est l’expression de la solidarité inter-branches, permettra ainsi d’engager des actions visant à faciliter un retour à l’emploi rapide. Nous allons regarder les reclassements possibles dans toutes les branches de l’OPCO. Et le budget sera dédié à l’accompagnement notamment à la formation et à la montée en compétences » commente Valérie Boned, secrétaire générale des Entreprises du Voyage et membre représentant des EdV et du Seto à l’OPCO Mobilités.

 

4 mesures d’accompagnement

Le plan de l’OPCO Mobilités comprend les mesures suivantes :

– « L’ouverture d’un espace dédié de son site Internet T Clic Emploi sur lequel les salariés concernés sont invités à déposer leur CV ».

– « Un rapprochement entre les CV et les entreprises affiliées à l’OPCO Mobilités en phase de recrutement. » En observant les branches réunies au sein de l’OPCO, cela représente des métiers aussi divers que garagiste ou conducteur RATP en passant par ambulancier et docker. Mais aussi des fonctions transverses comme comptabilité, gestion, contact client…

– « Une prise en charge des actions de formation nécessaires pour la concrétisation d’un projet de recrutement ».

– « La désignation dans chaque délégation territoriale d’un correspondant du plan d’actions Agences de voyages qui renseignera les salariés sur les opportunités, et les entreprises sur les compétences disponibles ». Donc un contact de proximité.

 

Sur le site des EDV

Le syndicat professionnel salue la décision favorable de l’OPCO Mobilités.  «Nous avons souhaité être très réactifs. Nous nous félicitons (…) de la pertinence d’avoir dès le début contribué à la constitution de l’OPCO Mobilités. Notre vocation, c’est de faire ce que l’on peut pour aider les salariés » commente Valérie Boned, secrétaire générale des EDV.

Sur le site du syndicat, www.entreprisesduvoyage.org, les salariés concernés peuvent également déposer leur CV.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *