Tourinter pose un pied à Madagascar ainsi qu’à Dubaï

Pour le PDG, l’île de Madagascar est une destination à très fort potentiel.
Des vols sur Air France, Air Madagascar et Air Austral via la Réunion.
Dubaï, en extension de séjours aux Maldives, aux Seychelles ou à Maurice.
A chaque rentrée, les TO redoublent d’imagination pour séduire à nouveau les agents et leurs clients. Pour les accrocher, rien ne vaut une nouveauté dans la production. Chez Tourinter, on fait encore mieux, puisque ce sont deux destinations qui font leur entrée : Madagascar et Dubaï. Pourquoi Madagascar ? « Pourquoi pas ?, répond Gérard Larocca, PDG de Tourinter, après tout cette île est un superbe pays, une vraie destination finale dotée d’un très fort potentiel touristique. » Pour lui, depuis plus d’un an, les choses ont évolué positivement, qu’il s’agisse de politique ou de tourisme. « Le calme est revenu dans ce pays et les conditions économiques sont bien meilleures. Les investissements immobiliers ont sérieusement repris, d’ailleurs de nombreux projets hôteliers sont en cours », indique-t-il. Avant d’ajouter sans détour : « Nous prenons date avec ce pays qui sur le plan touristique devrait sortir de l’ombre dans un an ou deux. A nous d’être présents sur le marché avant. » Pour en apprécier la diversité, Tourinter a prévu des séjours balnéaires à Nosy Be, Nosy Iranja ou Tsarabanjina mais aussi 4 circuits aventure avec et sans escale à Antananarivo, la capitale. Pour s’y rendre, le TO a opté pour 3 options, Air France et Air Madagascar depuis Paris mais aussi Air Austral via l’île de la Réunion voisine (vol direct Saint-Denis-Nosy be). Pour ce lancement, le PDG de Tourinter se veut raisonnable : « Nous saurons n’être pas trop gourmands. Si nous atteignons le millier de clients nous serons déjà satisfaits. » Une brochure spéciale est en cours de distribution dans les agences de voyages qui parallèlement découvriront dans la brochure générale une autre nouveauté, Dubaï. « En tant que spécialiste des îles, Dubaï peut paraître illogique dans notre programmation pourtant nos clients en transit pour les Maldives, les Seychelles ou l’île Maurice nous l’ont demandé », explique Gérard Larocca qui profite des liaisons d’Emirates vers tous ces pays pour suggérer des extensions de 3 à 4 jours sur cette terre arabe aux contrastes frappants.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *