TUI France veut rester fidèle à son modèle économique

Certes l’objectif de TUI ne sera pas atteint cette année, avec 60 000 clients espérés en fin d’année contre 100 000 prévus. Mais le tour-opérateur est parvenu à s’installer sur un marché déjà très atomisé et largement incertain : « Le début de l’exercice sur l’hiver 2003-2004 a moins bien marché que prévu », a expliqué Jean-Marc Siano, directeur général TUI France, lors de la présentation de la nouvelle brochure. « Mais cet hiver s’annonce bien, et l’an prochain nous prévoyons une croissance à deux chiffres », a-t-il assuré (voir notre édition d’hier). Selon la direction, les choix de cet hiver se justifient par les volumes traités sur certaines destinations. Ainsi, plus de 13 000 clients ont choisi TUI pour partir cette année au Maroc, première destination du voyagiste. La Tunisie (8 767 clients) et la République dominicaine (4 678 clients) complètent le podium. Vu le bilan de ce premier exercice, le TO a décidé de ne rien changer. « Nous avons créé des bases solides pour le futur avec un prix TTC, une vocation de spécialiste avec des produits de 159 à 1 293 euros, une seule brochure, la mise en œuvre du contrat vacances et une distribution exclusive en agences. » Jean-Marc Siano a d’ailleurs insisté sur sa politique de distribution : « TUI renonce à la vente directe aux associations ou CE. Nous ne voulons pas faire de vente directe par Internet ou par call-center, si ce n’est via nos deux réseaux partenaires Accor Travel Distribution et Selectour. » Le directeur général de TUI France a d’ailleurs confirmé que l’Alliance restait son partenaire privilégié : « Nous avons fait un choix », a-t-il conclu.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *