TUI – Transat : les syndicats d’accord pour une UES

Production

Le TO l'a annoncé officiellement mardi 22 novembre. Cette première étape va permettre d'avancer sur le nouvel ensemble. La constitution du CCE est essentielle pour la négociation du PDV, du déménagement…
L'UES, c'était "presque une formalité" commente Lazare Razkallah, secrétaire du comité d'entreprise de TUI France. Mardi 22 novembre, la direction du TO a en effet annoncé  que "toutes les organisations syndicales de Transat France et de TUI France ont donné leur accord à l'unanimité sur la création d'une Unité économique et sociale" (UES).

De quoi s'agit-il? l'UES est une structure constituée par deux entreprises qui ont des liens entre elles mais n'en forment pas une sur le plan juridique. Ce qui est le cas de TUI et Transat pour l'instant. L'une a racheté l'autre mais il n'y a pas encore de statut correspondant à une fusion-absorption, par exemple.

Les deux sociétés ont néanmoins une même direction -Pascal de Izaguirre est président de l'une et de l'autre- et une communauté de travail (convention collective, conditions de travail…). Cette UES "temporaire" sert de cadre pour pouvoir se doter d'un comité central d'entreprise (CCE). Lequel regroupera des élus de Transat et de TUI. Sa constitution est prévue lors de la réunion du 30 novembre.

Un CCE, pour quoi faire?
Toutes les prochaines étapes du nouvel ensemble TUI-Transat que Pascal de Izaguirre avait présentées le 4 novembre vont être soumises au Comité central d'entreprise. A savoir, le déménagement des équipes de Transat France, y compris Look, et le plan de départ volontaire. 

La composition de ce CCE fait l'objet d'une négociation entre direction et syndicats. Aucun syndicat n'est présent à la fois dans les deux entreprises. Chez Transat, on trouve l'Usapie et la CFDT. Chez TUI, c'est la CGT, FO et la CFE-CGC. "Entre nous, nous sommes d'accord pour qu'il y ait un représentant de chaque syndicat au CCE" explique Lazare Razkallah. "Nous voulons un CCE représentatif des salariés."

Reste à trouver un accord sur qui sera majoritaire et selon quels critères. Car l'enjeu est le prochain plan de départs volontaires. A l'expérience de la CGT (majoritaire chez TUI) "qui en a déjà négocié", s'oppose la légitimité de l'Usapie (majoritaire) aux yeux des salariés Transat. "Nous sommes en négociation mais on devrait aboutir parce que les comités d'intégration (chargés d'identifier les doublons dans les services, ndlr) sont déjà en place. Il faut que l'on puisse rapidement commencer à travailler avec eux pour préparer en amont le PDV" précise Lazare Razkallah.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *