Commission zéro : Afat va de l’avant

Le réseau volontaire met en place un plan pour accompagner le changement.
Ce mois-ci les agences pourront connaître ce que leur coûte la billetterie.
Début 2005 elles pourront réaliser des projections tenant compte des frais AF.
« Le coup est parti, ce n’est pas la peine de perdre de l’énergie à résister… » Le constat que fait Jean-Pierre Mas sur l’arrêt de la rémunération à la commission est sans appel ! Il a surtout le mérite d’être lucide. Le président d’Afat Voyages précise : « Maintenant ce qu’il faut, c’est assister les agences et les amener à anticiper le changement. On va assister à la disparition d’un certain nombre d’agences, il faut se donner les moyens de faire partie de celles qui restent, elles se partageront un gâteau de meilleure qualité. » Un discours suivi d’actes bien concrets, se traduisant par la mise en place d’un plan d’assistance aux agences. D’un point de vue purement économique, les agences pourront accéder, dans le courant du mois de septembre et via l’intranet du réseau, à un outil informatique (une matrice de calcul) leur permettant de se rendre compte – « sans complaisance », indique Robert Hérédia, président d’Afat NT, la filiale technologie du réseau – de ce que leur coûte vraiment leur activité billetterie. Dans un deuxième temps, entre décembre 2004 et février 2005, un autre outil, permettra, lui, de se rendre compte de ce que pourrait donner l’application de la grille de frais donnée à titre indicatif par Air France, par rapport à la structure (haute ou basse contribution, long, court ou moyen-courrier, vente en face à face, par téléphone ou par Internet) du chiffre réalisé par une agence donnée avec la compagnie. A ce propos, Robert Hérédia explique avoir déjà testé l’outil par rapport à sa propre agence (une agence essentiellement tourisme et vendant surtout des vols sur le marché intérieur) et, surprise, il a « amélioré son chiffre AF de 9 000 E ». Bien sûr, il précise que « la modélisation s’est faite sur la base du périmètre réalisé avec AF l’an passé et selon des données fournies par Air France, elle ne tient donc pas compte d’une éventuelle évaporation de clientèle vers les ventes directes de la compagnie ». Parallèlement, le réseau travaille sur l’aspect formation, sur la préparation des contrats et des appels d’offres 2005 et aussi sur la communication. Comme le rappelle Jean-Pierre Mas, « il ne faut pas laisser à Air France le monopole du discours au client. »
350 agences se connectent chaque jour au portail Afat
« C’est un succès terrible ! » Robert Héredia, patron d’Afat NT, semble réellement ravi de l’accueil réservé au portail Internet privé (VPN) du réseau par les adhérents. Il explique : « On le ressentait à travers les retours des agences, mais grâce à la mise en place d’outils statistiques précis, nous en sommes maintenant certains. » En moyenne, ce sont environ 350 agences (sur une totalité de quasiment 550) qui s’y connectent quotidiennement. Dans un ordre décroissant, les espaces qu’elles utilisent le plus sont : l’accès au site pro de Marmara, celui de Fram, l’intranet du réseau, le site pro de Jet tours, celui de Transeurope, de Go Voyages et de Boscolo (ce qui laisse entendre qu’elles font de l’assemblage) et celui d’Avis. L’un des grands avantages de ce portail c’est le « single sign on », qui permet d’accéder à toutes ces zones en se connectant une seule fois. Bientôt, promet Robert Hérédia, « nous mettrons en place des outils statistiques permettant de connaître le nombre de réservations effectuées à travers le portail ». Seul l’outil de comparaison TO semble encore sous-utilisé, avec une trentaine d’utilisations par jour, au goût de la direction d’Afat NT. Enfin, l’intranet proprement dit sera bientôt enrichi d’une rubrique « transmission d’entreprise » – une sorte de bourse d’achat et de vente – où les vendeurs auront également un outil permettant de déterminer la valeur de leur agence.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *