David Douillet (CRT Ile de France) : « Faire du Grand Paris la métropole qui compte sur la planète »

A l'initiative du cabinet d'ingénierie Artelia et du Conservatoire National des Arts et métiers, le forum "Grand Paris & Tourisme" qui s'est tenu le 12 mars a réuni quelque 250 personnes à Paris. L'occasion de dresser la radiographie de l’économie touristique du Grand Paris et de voir comment le Grand Paris peut permettre à la France de conserver son rang de première destination touristique mondiale.

 Aux "discours très laudatifs faisant de Paris la première destination touristique du monde", il faut aussi opposer des "discours très sombres". C'est en substance le message qu'a voulu faire passer à la tribune Mathieu Lévy, consultant senior du pôle Tourisme & Loisirs chez Artelia. Et le spécialiste de pointer "une perte de parts de marché par rapport à d'autres villes européennes" comme Londres ou Berlin. Autre aspect négatif : "le rapport qualité-prix est mal noté par les touristes" et Paris renvoie vers "l'image d'une ville figée, voire muséifiée". "Quelle est l'urgence de venir chez nous ?" s'interroge François Navarro, directeur du Comité Régional du Tourisme Paris-Ile-de-France. "Dans 30 ans, la Tour Eiffel ou le musée d'Orsay seront toujours là, donc le risque c'est la non urgence de venir chez nous" explique t-il. Conséquence : la région Paris Ile de France doit se réinventer. Et faire en sorte que l'on dépense plus lorsqu'on y séjourne car, poursuit François Navarro, "la durée de séjour est trop faible, en moyenne 3 jours". Sans compter "les faiblesses sérieuses en matière de développement numérique". Beaucoup de retard a été pris".
"Mais malheureusement les parisiens n'aiment pas beaucoup les touristes" avance pour sa part Jean-Yves Durance, président délégué de la CCIP. Hors "pour être un acteur efficace, il faut aimer les touristes qui viennent à Paris" comme l'a répété Benoît Clocheret, directeur général d'Artelia. Une nécessité pour renforcer l'attractivité d'une destination.
Plus qu'un projet de transport, l'avènement du Grand Paris Express va peser fortement sur l'attractivité de la région Ile de France. "D'ici 2030, on va rajouter 200 kilomètres de lignes aux 400 déjà existantes" souligne Jean-Claude Prager, directeur des études économiques de la Société du Grand Paris. Et d'expliquer que "72 nouvelles gares verront le jour avec tout autour 270 lieux culturels. C'est un potentiel formidable pour les touristes".
"Le Grand Paris, c'est l'opportunité de passer du baron Haussmann à une grande métropole ouverte, créative, avec notamment l'Expo Universelle 2025 ou l'organisation des Jeux Olympiques en 2024" résume Philippe Maud'hui, directeur général adjoint d'Atout France qui rappelle aussi que "nous avons de la chance car le secteur du tourisme est voué à la croissance". Comme l'a affirmé David Douillet, Vice-président Conseil Régional Ile-de-France en charge de l'Attractivité et du Tourisme, "le tourisme est une force, c'est notre force". Mais attention, "alors que le tourisme mondial est en plein boom, l'Ile-de-France fait du sur-place". "Avec Valérie Pécresse, présidente du Conseil Régional d'Ile de France, nous voulons le Très Grand Paris, la métropole qui compte sur la planète".

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *