L’APST en Rhône-Alpes : « La garantie financière, un véritable argument de vente ! »

En ces temps chahutés, la profession devrait se réjouir de disposer d'une garantie financière. Et le faire encore plus savoir aux consommateurs. Raoul Nabet, président de l'APST, l'a rappelé avec force hier lors de la réunion régionale initiée par Franck Chapus et Gérard La Rocca, délégués Alpes et Sillon Rhodanien/Auvergne.
 Jean-Pierre Lorente (Bleu Voyages), Laurent Abitbol (groupe Marietton), Danièle Armanhac (présidente du Snav Rhône-Alpes), Yannick Faucon (Résanéo), Bernard Gros (Savoie Évasion)… Il y avait du monde au Sofitel Lyon ce mercredi soir ! Quelque cinquante professionnels venus de Savoie, de l'Isère, de l'Ain, de l'Ardèche ou du Rhône, adhérents de longue date comme nouveaux adhérents, ont en effet participé hier à une rencontre/échanges de l'APST présidée par Raoul Nabet. Objectif : commenter l'actualité et les informer des derniers changements réglementaires, notamment suite au nouveau décret du 2 septembre 2015 relatif à la garantie financière. Raoul Nabet, président de l'organisme de garantie financière de la profession, s'y attela avec conviction. L'APST va bien. Le nombre de ses adhérents augmente fortement. Depuis la nouvelle loi quelque 400 dossiers ont déjà été déposés. 300 d'entre eux ont été pris, ce qui porte le nombre d'adhérents à près de 3 200 adhérents.
 
La seule garantie en services. "L'APST est un acteur de référence. Nous sommes les seuls à apporter une garantie en services. C'est un argument de réassurance essentiel pour nos clients. Ce principe de garantie financière ne doit plus être tenu secret. Il faut absolument le mettre en avant" a insisté le président national. Selon Raoul Nabet, deux tiers des garanties jusqu'ici portés par les banques devraient basculer à l'APST, le dernier tiers restant chez les assureurs. "C'est bien, car si nous avions 100 % des adhérents, nous ne pourrions pas être sélectifs" sourit Raoul Nabet. Autre satisfaction : depuis l'automne, le contrat de réassurance de l'APST, contracté auprès d'une compagnie belge pour trois ans, porte le capital de 10 à 12 M€. "J'espère que nous aurons ainsi 6 à 7 M€ de réserves. Nous sommes très loin d'être moribond" estime le président national. Restait ensuite à expliquer notamment les changements de montant de cotisation, ce que fit avec concision et précision le secrétaire général Emmanuel Torromanof, avant d'ouvrir la session des questions/réponses. Ce temps d'échange, dense, se poursuivit pendant le cocktail.
 

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *