Le père d’une victime de l’attentat de Djerba attaque TUI

Un manque d’information sur les risques de la destination est reproché au TO.
Le plaignant réclame 100 000 E de dommages et une rente mensuelle de 800 E.
Pour TUI, une telle jurisprudence signerait « la fin des voyages organisés ».
Le voyagiste allemand TUI répondra au civil à partir de mercredi devant un tribunal de Hanovre (nord de l’Allemagne) de sa responsabilité envers une victime de l’attentat du 11 avril 2002 à Djerba en Tunisie, qui avait tué 21 personnes dont 14 touristes allemands. Un enfant allemand âgé aujourd’hui de cinq ans, qui participait avec ses parents à une visite de la célèbre synagogue de la Ghriba visée par l’attentat, avait été brûlé sur 40 % du corps et est resté handicapé. Son père reproche à TUI, organisateur de la visite par l’intermédiaire de sa filiale 1-2-Fly, de ne l’avoir pas suffisamment informé des risques dans le pays. Il évoque en particulier des jets de pierre contre des bus touristiques survenus dans les jours précédant l’attentat. Il réclame au voyagiste organisateur de la visite 100 000 E de dommages intérêts, ainsi qu’une rente mensuelle de 800 E. « Un voyagiste, ce n’est pas les services secrets », s’est défendu TUI, faisant valoir que le ministère des Affaires étrangères allemand n’avait lui-même pas émis à l’époque de recommandation particulière sur cette destination et simplement évoqué une « petite criminalité dans les lieux les plus touristiques ». Une condamnation ferait jurisprudence en rendant les voyagistes financièrement responsables d’événements imprévisibles, et ne signifierait « ni plus ni moins que la fin des voyages organisés », a commenté un responsable du groupe, Volker Boettcher. L’enfant avait déjà bénéficié, comme les autres victimes, d’une indemnité de 250 000 E versée par le gouvernement via le fonds d’aide aux victimes d’attentats, et une autre de 100 000 E versée par la fédération tunisienne de l’hôtellerie.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *