Les guides conférenciers manifestent vendredi à Marseille

Contre la loi Macron, l'association Provence Guide Interprète (PGI) appelle les 4.000 guides-conférenciers de France à défiler vendredi 17 avril à Marseille. Habillés de bleu et de blanc, ils veulent faire entendre leurs voix pour défendre une profession "déjà précaire".
 Au fur et à mesure que le projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, dite "loi Macron", avance, les guides-conférenciers rappellent leur refus. Sorti a priori du texte initial pour être intégré à la loi sur la simplification des entreprises, devant aussi faire l'objet d'une ordonnance ministérielle, le statut des guides semble en suspens.
"Les députés nous disent des choses contradictoires: selon certains, notre cas a été compris et nous ne serions plus concernés, selon d'autres, rien n'a bougé depuis les premières manifestations" explique une membre de l'association PGI.
 
Demain, 17 avril, ce sont les Marseillais qui "appellent les guides conférenciers (environ 4.000) ainsi que tous les professionnels du tourisme et de la culture en rapport avec eux, à participer à une manifestation". De 11h à 15h devant la Chambre de commerce de Marseille habillés de bleu et blanc "afin de revendiquer les couleurs de leur ville" et "contester la déréglementation du métier".
 
Maintenir la mobilisation
"Nous voulons rester visibles pour les politiques et les médias, qu'on ne nous oublie pas. C'est aussi pour cela que des collègues se sont invités lors de l'inauguration par François Hollande de la caverne du Pont-d'Arc, en Ardèche" souligne la guide de l'association PGI. Ils ont interpellé la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, nous raconte Le Dauphiné.
 
Régulièrement depuis cet hiver, les guides, interprètes et conférenciers manifestent pour dire qu'ils ne veulent pas de la déréglementation envisagée. A Paris et dans différentes villes de province, avec parfois de la recherche dans le mode d'expression (flashmob, tenue vestimentaire…).
 

Une carte et une formation
La principale revendication des guides-conférenciers est le maintien de leur carte professionnelle. "Elle est validée après examen et permet d'exercer." Les guides exerçant en France ont suivi une formation Bac +3 minimum. Ils refusent d'être assimilés à des professions privilégiées, la délivrance de la carte professionnelle n'étant limitée par aucun numerus clausus.
 
"Le nombre de titulaires de la carte augmente fortement depuis ces dernières années bien que leurs missions soient ponctuelles sur un marché où la concurrence est vive" explique l'association PGI.
 
Dans les derniers projets gouvernementaux, la carte professionnelle serait remplacée par un badge professionnel, sans que soient précisées les qualifications requises… Les guides, eux, rappellent qu'ils font partie d'une politique d'accueil des touristes. Leur niveau de maîtrise d'une à plusieurs langues ainsi que leurs connaissances pointues du patrimoine français en faisant des alliés pour une politique touristique ambitieuse.
 

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *