Bilbao : le tourisme fait ses affaires

Reportages

Vingt ans après l’inauguration du musée Guggenheim, Bilbao apparaît comme un modèle de développement touristique. La transformation de l’ancienne cité industrielle basque a aussi permis de reconvertir des bâtiments emblématiques au service du tourisme d’affaires. Avec une hôtellerie au diapason.

La transformation urbaine de Bilbao a débuté à la fin des années 1980, avec le lancement des grands travaux d’infrastructure pour assainir la ria du Nervion. Mais le point de départ symbolique de la mutation restera l’inauguration du musée Guggenheim, il y a vingt ans, qui a permis de situer Bilbao sur la carte du monde et d’amorcer un élan économique reposant en grande partie sur le tourisme. Deux décennies plus tard, l’ancienne cité industrielle est devenue une capitale touristique. Les activités navales et sidérurgiques ont été transférées du centre-ville jusqu’à l’embouchure du fleuve, à Portugalete. Au cœur de la cité, l’avenue Abandoibarra illustre parfaitement cette mutation : une artère extrêmement animée où se mélangent la population locale et les touristes attirés par le magnifique musée des Beaux-Arts. Le « Casco Viejo » (la vieille ville) fourmille aussi de cafés bondés où l’on se presse pour déguster les célèbres « pintxos », les tapas basques, entre la cathédrale gothique de Santiago, la place Neuve et l’église Saint-Antoine…
Le long des berges du fleuve transformées en promenades, Bilbao déroule son caractère historique, authentique et artistique. Grâce notamment à l’empreinte laissée par les grands architectes, à commencer évidemment par Frank Gehry, mais aussi Santiago Calatrava dont le pont emblématique serpente au-dessus de la ria, Norman Foster avec ses entrées de métro atypiques, ou encore Ricardo Batista dont l’ancien entrepôt de vins de style moderniste a été spectaculairement transformé sous la direction artistique de Philippe Starck pour devenir l’« Azkuna Zentroa ».

En jouant avec les origines industrielles du bâtiment, l’enceinte a été transformée en un énorme conteneur de cultures réparties dans trois bâtiments thématiques, sur quinze mille mètres carrés au total consacrés aux loisirs. Il s’agit désormais d’une grande place couverte de 43 colonnes alliant divers styles architecturaux et différents matériaux. Comme dans tout bon lieu de rendez-vous au Pays Basque, le site rend également hommage à une gastronomie locale mondialement connue en abritant le restaurant Yandiola, dont la cuisine, à l’image de la ville, assure la fusion entre la tradition et l’innovation.
Parmi les lieux qui ont été « recyclés » en pôles d’attraction tout en gardant l’âme de la ville, il est impossible de ne pas citer la « Catedral », puisque c’est sous cette appellation que l’on désigne ici le stade de football de San Mamés. Un stade devenu aussi une « cathédrale » du tourisme d’affaires, avec ses espaces de séminaires et conventions adaptés à l’organisation d’événements de tous types. Des équipements qui s’ajoutent à ceux du Palais des congrès et de la musique Eskalduna : un complexe polyvalent de 53 000 mètres carrés pour l’accueil des grandes conventions et de réunions d’entreprises, et dont l’auditorium possède la plus grande scène d’Espagne (la deuxième en Europe).

Une hôtellerie qui s’adapte

Le secteur de l’hôtellerie participe à cette grande transformation et apporte sa pierre au développement du tourisme d’affaires à Bilbao avec une adaptation des établissements aux activités Mice (meetings, incentives, congrès, événements) comme c’est le cas au NH Ria de Bilbao (ex-Hesperia Bilbao), construit sur les rives du fleuve comme son nom l’indique, et qui associe un design avant-gardiste à un emplacement privilégié à proximité du musée Guggenheim. Mais le Grand Hotel Domine Bilbao est aujourd’hui le seul « cinq étoiles » situé juste en face du fameux musée ; l’hôtel dispose également de salles destinées à la clientèle incentive.
L’arrivée d’un autre grand nom de l’hôtellerie est prévue à Bilbao : l’enseigne Four Seasons est en effet pressentie pour prendre en charge la gestion du futur hôtel de luxe qui sera aménagé au sein de l’ancien siège de la banque Kutxa sur l’avenue Arenal, en plein cœur de ville. L’inauguration de ce nouveau « 5 étoiles » d’une soixantaine de chambres est prévue en 2018, après réhabilitation complète du bâtiment qui a été acheté pour quinze millions d’euros par un fonds d’investissement. Enfin, Catalonia Hotels & Resorts doit ouvrir cette année également un « 4 étoiles » d’une centaine de chambres au centre-ville, sur la Gran Via de Don Diego Lopez de Haro.
Cette augmentation de la capacité hôtelière accompagne le développement touristique. Il devrait encore se poursuivre avec le projet baptisé « Zorrotzaurre » concernant l’aménagement d’un nouveau quartier de quatre-vingts hectares au cœur de la ville, en lieu et place d’une ancienne friche dont dix-neuf bâtiments industriels seront conservés. L’idée étant de prolonger le canal aménagé par le port de Bilbao il y a une quarantaine d’années – mais qui n’a toujours pas été achevé – et qui a transformé cette zone du Zorrotzaurre en presqu’île. L’aménagement du dernier tronçon du canal va donc donner naissance à… une île en centre-ville !

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *