Le salon, le brut et l’agent

Avec ses 50 dollars, le cours du baril de pétrole est un invité encombrant. Il ne devrait toutefois pas occulter un salon où annonces et « scoops » vont se succéder.
Ce n’est pas un invité surprise. Mais, avec un poids qui dépassait mardi sur la balance les 50 dollars, on ne pensait pas que le cours du pétrole serait aussi encombrant. Dans les allées déjà chargées du salon avec les suppressions de commissions (lire en p. 3), il devrait s’incruster sans frapper dans les stands des compagnies aériennes. Selon Iata, « au lieu d’enregistrer les fruits de la reprise du trafic, les compagnies devraient accuser des pertes de 3 à 4 milliards de dollars en 2004 ». Et de renchérir : « Lorsque le prix du baril prend un dollar de plus, les coûts supplémentaires pour le secteur aérien sont de l’ordre d’un milliard de dollars ». Dès mardi, les deux premiers transporteurs japonais (Japan Airlines et All Nippon Airways) annonçaient une augmentation de 5 % des tarifs aériens entre le Japon et l’Europe dès le 15 janvier « afin de contrebalancer l’envolée des prix du carburant ». Une ombre envahissante, qui aura forcément des répercussions sur l’activité des tour-opérateurs et des agences de voyages, mais qui n’occultera pas ce qu’est devenu Top Résa. Un événement absolument incontournable qui dépasse les relations entre vendeurs et fournisseurs. C’est à Top Résa qu’Air France présentera son programme hiver (vendredi à 9 h 30). C’est le moment que choisit le GDS Amadeus pour dévoiler sur son stand toutes ses avancées technologiques et c’est encore sur le salon que le Snav présente devant un parterre de journalistes les tendances du marché du tourisme. A chaque exposant, sa stratégie : tel assureur profitera de l’événement pour présenter « en avant-première » sa nouvelle garantie, tel tour-opérateur continuera à utiliser ce média pour sortir ses nouvelles brochures et d’autres sauront attirer les photographes pour immortaliser un contrat de partenariat. En somme, comme le souligne un exposant, « la réussite d’un salon dépend de ce que l’on veut bien en faire ».

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *