Marianne Chandernagor (Comexposium) : « Nous allons rembourser tous les exposants du SMT »

Salon
Les prochaines éditions du Salon mondial du tourisme et de Destinations Nature se tiendront du 18 au 21 mars 2021 à la porte de Versailles. ©DR

Après l’annonce de l’annulation du Salon mondial du tourisme, la directrice du pôle tourisme de Comexposium explique la décision de ne pas reporter le salon et détaille les conséquences de l’annulation.

 

Le Quotidien du Tourisme (QDT) : Pourquoi n’avez-vous pas décidé de reporter le Salon mondial du tourisme à une autre date, plutôt que d’annuler purement et simplement ?

Marianne Chandernagor : Nous avons envisagé le report mais cela ne s’est pas concrétisé car ce n’était pas optimal. D’abord, ce n’est pas facile de trouver un hall couvrant 19 000 m² et le lieu fidélise les visiteurs. Nous avions aussi une contrainte de dates. Il faut savoir que nos visiteurs partent majoritairement hors saison, sur la période mai-juin (23%)-septembre et qu’ils réservent leurs séjours avant avril. Le mois de juin ou juillet étaient donc trop tard pour eux. Nous n’aurions pas tenu notre promesse de beaux paniers moyens des visiteurs (car sur de la réservation de dernière minute) et de réussite pour nos exposants. C’est une décision soutenue par la profession, et reçue positivement par les clients.

 

QDT : Est-ce qu’il n’est pas risqué de passer une année sans salon, vis-à-vis du grand public ?

M.C. : Nous allons occuper le terrain et garder le contact avec nos visiteurs, grâce à nos bases de données et à nos newsletters. Nous leur avons déjà envoyé un e-mail pour leur annoncer l’annulation et le remboursement des billets pour ceux qui les avaient déjà réservé. Nous allons également leur adresser les offres de nos exposants et les bonnes affaires qu’ils auraient pu avoir sur le salon. Nous attendons aussi notre clientèle haut de gamme au salon des grands voyages qui se tiendra les 9 et 10 octobre au Carrousel du Louvre. Ce salon s’adresse à des visiteurs ayant un panier moyen de 5000 € par personne par voyage et il va recevoir 3000 visiteurs.

 

QDT : Que va-t-il se passer pour les exposants ?

M.C. : Conformément à nos conditions générales, nous avons plusieurs possibilités. D’abord, nous allons contacter chaque exposant pour leur proposer un remboursement de leur participation. Pour ceux qui le souhaitent, nous pouvons également leur proposer de conserver l’argent et de les inscrire pour le salon 2021. Dans tous les cas, nous ne rembourserons pas les frais qui auraient pu être engagés en termes de visibilité sur le site Internet du salon et autres produits car ils ont été réalisés. Les exposants auront aussi à leur charge les frais de transports, d’hébergement, de décoration de stand ou de livraison. C’est pour cela que nous les avons alerté dès samedi, pour qu’ils puissent retenir d’éventuelles dépenses. Les exposants doivent maintenant se retourner vers leurs fournisseurs ou leur assureur.

 

QDT : Avez-vous une idée du montant des pertes pour Comexposium ?

M.C. : Il est bien trop tôt pour dresser le bilan. Nous avons bien sûr déjà engagé des frais, notamment à travers notre plan de communication vers le Grand Public. Cela fait 11 ans que je m’occupe des salons du tourisme et nous n’avons jamais connu une telle situation. Cette période affecte de manière inédite l’ensemble de la filière d’organisation d’événements et de salons. Mais les grands acteurs comme Comexposium ont connu d’autres contextes complexes depuis leur création, et dès que nous serons sortis de cette crise, les salons auront encore de belles années à vivre… et j’ai hâte de retrouver dès 2021 mes exposants et visiteurs.

Propos recueillis par Didier Forray

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *