Amadeus déploie son application tarifaire sur Google Cloud

Tech & Web

Amadeus migre Master Pricer, son application principale de recherche tarifaire, sur Google Cloud pour lui permettre de gagner en vitesse, robustesse et efficacité. Dans le même temps le GDS migre d’autres applications de shopping sur le Cloud public.

 

 

Dans le monde digital actuel, offrir une expérience d’achat simple, rapide et inoubliable est devenu essentiel. Le secteur du voyage n’échappe pas à la règle. En 2018, le nombre de touristes internationaux a atteint le seuil d’1,4 milliard, deux ans avant la date prévue. Le nombre de voyageurs et leurs demandes spécifiques continuent d’augmenter. Mais comment personnaliser l’offre à un voyageur de plus en plus exigeant tout en maintenant des temps de réponse de quelques millisecondes ? Comment faire face de manière efficace à un pic soudain de demande lié à un événement ponctuel tel que le Black Friday ?

 

Répondre à ces enjeux requiert un changement de paradigme dans les systèmes qui assurent la continuité de l’industrie. C’est dans ce contexte qu’Amadeus commence à déployer ses applications de shopping sur des serveurs Google Cloud suite au dé-commissionnement de ses systèmes mainframes.

 

Dans un communiqué, Amadeus indique que cette étape fait d’Amadeus Master Pricer l’une des premières applications phares de voyage à être déployée sur le Cloud public. La migration constitue un grand pas en avant pour Amadeus vers l’exploitation d’une architecture « cloud based », distribuée à l’échelle internationale sur le Cloud privé et public, offrant ainsi globalement plus de rapidité, de réactivité et de robustesse. Par ailleurs, Amadeus procède actuellement à la migration progressive de ses applications de shopping vers le Cloud public dans plusieurs régions. Cette opération permet au groupe d’adapter la capacité de ses systèmes à la demande beaucoup plus rapidement, ce qui est particulièrement utile en période de pics.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *