Campings naturistes : 17% de nouveaux adeptes en 2018

Tendances

France 4 Naturisme, spécialiste de villages-campings naturistes, enregistre 17% de nouveaux adeptes en 2018 alors qu’ils étaient déjà 13% de plus en 2017.

 

 

 

Sur les 17% de nouveaux naturistes, 91% ont émis le choix de revenir en camping naturiste. La plupart des nouveaux adeptes sont des urbains, stressés par leur vie et leur travail, qui cherchent à déconnecter et se ressourcer au plus près de la nature. On constate également que le nouveau naturiste est plus jeune, avec une moyenne d’âge en plein rajeunissement : 14% de moins de 40 ans contre 6% chez les clients fidèles. Il s’agit essentiellement de couples ou de familles avec jeunes enfants : 63% de couples, 23% de familles. Chez les familles, les enfants ont une moyenne d’âge de 9 ans.

 

Le niveau de vie de ces nouveaux naturistes est plutôt aisé : 33% sont des cadres ou chefs d’entreprise, 19% sont des foyers gagnant plus de 5 000 euros par mois. 13 % proviennent d’Ile de France, 12% de Rhône Alpes, 11% d’Aquitaine.

 

France 4 naturisme – 6 villages campings en France – annonce pour 2019 des réservations « au beau fixe » avec une progression globale de 10% en nombre de réservations au 31 janvier.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (2)

  1. Quand je pense que certains accusaient les « nudiens » de mettre en péril les clubs et centres naturistes. Non, le développement de la randonue et plus globalement l’hyper médiatisation du naturisme en liberté (aux activités gratuites et donc populaires), orchestrée par l’APNEL, n’a pas été délétère. Bien au contraire, ces diverses initiatives médiatiques (et en particulier notre présence, en tenue de peau, dans l’espace public, lors des trois dernières Fêtes de l’humanité) a largement contribué à ce « printemps du naturisme ». Seul regret, leur absence de soutien pour financer ces opérations très onéreuses.

  2. A Jacques Frimon: c’est un peu comme si ceux qui gèrent des clubs de foot (amateurs ou pro) accusaient ceux qui jouent au foot sur une plage ou dans un parc de mettre en péril les clubs de foot, ou si l’Opéra de Paris accusait la chorale de Cormeille-en-Parisis de mettre en danger l’art lyrique.
    ça ne fait pas concurrence, ça complète.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *