La majorité des salariés des offices de tourisme sont des femmes

Tendances

La branche professionnelle des organismes de tourisme et Agefos PME publient les résultats de la première radioscopie sociale des salariés des CRT, CDT, offices de tourisme et gîtes.
 Près de 8 collaborateurs sur 10 sont des femmes, proportion qui se réduit toutefois à 6 sur 10 pour les postes de cadres. Plus de trois quarts des collaborateurs en contrat à durée indéterminé (CDI) sont à temps plein (77 %). Sur ce point, la branche se distingue des autres secteurs du tourisme (Hôtellerie restauration, agence de voyage…), où le taux de salariés en CDI à temps partiel est plus élevé. En outre, les effectifs sont relativement stables, avec une ancienneté moyenne de 10,6 ans.
Un organisme de tourisme sur deux a recours à du personnel saisonnier, également très féminisé (80 %) et présent en moyenne 2,9 mois par an, avec une forte concentration autour des mois de juillet et août.
De par la nature même de l’activité, près d’un salarié sur deux est concerné par le travail le dimanche et travaille 3,5 jours fériés par an en moyenne. Par ailleurs, 29 % des salariés ont effectué des heures supplémentaires en 2014, très majoritairement récupérées dans 76 % des structures et rémunérées dans 24 % d’entre elles.
Une branche dynamique et ambitieuse en matière de formation professionnelle
Dans une branche principalement composée de petites structures, 86 % ont déclaré avoir formé au moins un collaborateur en 2014, soit 57 % de l’ensemble des effectifs.
En termes de pratiques de formation, on constate que près de 6 organismes de tourisme sur 10 déclarent avoir mis en place un plan de formation en 2014 (59 %), un taux sensiblement plus élevé que la moyenne (33 % pour l’ensemble des entreprises).
Cette sensibilité à la formation se traduit également par un taux de notoriété élevé de la réforme du 5 mars 2014 : près de 70 % d’entre elles déclarent en avoir eu connaissance. Toutefois, au regard de la complexité de celle-ci, 42 % reconnaissent qu’elles en ont un niveau d’information insuffisant.
Enfin, en matière de ressources humaines, l’étude révèle que les trois quarts des structures procèdent à des entretiens au moins tous les deux ans, favorisant ainsi l’évolution des salariés. Les deux tiers ont ainsi fait bénéficier à une partie de leur personnel d’un changement d’échelon au cours des 5 dernières années et 74 % d’entre elles d’une augmentation salariale sur la même période.
 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *