Les femmes du tourisme : très diplômées mais des revenus modestes

L'association des Femmes du Tourisme a réalisé une enquête auprès de 1 200 femmes qui travaillent essentiellement dans le développement touristique (promotion, accueil…, tourisme institutionnel), et les agences de voyages, tours opérateurs, et réceptifs (professionnels du voyage). Ces deux secteurs d’activité regroupent plus de 60% des réponses.
 Pour une majorité de ces femmes (60%), il s’agit de cadres salariées. Les autres sont dirigeantes de leur entreprise, salariées pour 20%, ou pas, pour 14%. Les 5% restantes sont des travailleuses indépendantes et quelques auto-entrepreneuses. Il s’agit d’une population "plutôt âgée". La très grande majorité des sondées a plus de 30 ans. Les cadres salariées appartiennent en majorité au tourisme institutionnel (68%). Les dirigeantes salariées, à "l’hébergement touristique" (25%). Quant aux dirigeantes non salariées, elles font partie, pour la plupart, des "professionnels du voyage" (19%) et de "l’hébergement touristique" (24%). Dans l’ensemble, il s’agit de cadres et dirigeantes de TPE/PME.
 
Une population diplômée. Les deux-tiers des répondantes ont au moins une licence (Bac+3). Plus du tiers ont un niveau Bac+5. Un résultat légèrement supérieur à celui de l’ensemble de la population cadre tous secteurs confondus. Le niveau de formation générale est plus élevé dans le tourisme institutionnel que chez les professionnels du voyage : le nombre des diplômés Bac+5 y est plus élevé (40% contre 25%) et le nombre de niveau inférieur ou égal au Bac plus faible (5% contre 12%).
 
Des revenus modestes. Les résultats concernant le revenu sont à prendre avec précaution car l’enquête repose sur du déclaratif. Sur le total des femmes qui nous ont répondu, près de la moitié déclare gagner moins de 3 000 euros net par mois, 35% entre 3 000 et 5 000 euros et 16% plus de 5 000 euros. Les revenus les plus modestes concernent les plus jeunes et les plus âgées (la totalité des moins de 25 ans déclare gagner moins de 3000 euros net mensuel, tout comme 45% de plus de 60 ans). Et plus souvent le tourisme institutionnel (65%) que les professionnels du voyage (46%). Pour toutes les tranches supérieures à 3000 euros, le pourcentage des professionnelles du voyage est également plus important. Une répartition à relier à la taille de l’équipe encadrée. Plus l’équipe est nombreuse plus le revenu est élevé.
 
Une population à fortes responsabilités. Près de 60% des cadres qui ont répondu encadrent, en direct, 1 à 10 salariés, et 2% plus de 100. Seulement une sur cinq n’encadre personne. Par ailleurs, plus des trois quarts des répondantes (77%) ont un conjoint et près de 70% ont au moins un enfant. C’est parmi les dirigeantes qu’on trouve le plus grand nombre de mères de plus de 3 enfants.
 
Des débuts précoces. Plus des deux-tiers des répondantes à l’enquête sont entrées dans la vie professionnelle avant 25 ans. Pour plus de 60% d’entre elles, le tourisme est le premier secteur d’insertion professionnelle. Un pourcentage plus élevé encore pour les cadres (67%) mais un peu moins pour les dirigeantes. Malgré un assez haut niveau de formation, seules 25% des répondantes ont eu accès au statut de cadre dès leur entrée dans la vie professionnelle.

Vos réactions

  1. Gagner 3000 € net par mois est un salaire médiocre ? je pense que cette étude a été réalisée en région parisienne… en Province ce n’est pas du tout ça…

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *