Low cost : le coût exorbitant de la nourriture et des boissons

Tendances

Dans une étude, Kayak.fr révèle l’étendue de la différence de prix entre les mêmes produits vendus à bord des avions de compagnies low-cost et dans les supermarchés.
 Quand ils prennent un vol low-cost, les passagers s’attendent à payer leurs collations et leurs boissons plus cher que la normale. Néanmoins, en se penchant attentivement sur les chiffres, la différence est encore plus flagrante. L’étude de Kayak.fr révèle que les prix s’envolent littéralement dans certains cas, avec des snacks vendus jusqu’à 2500 % plus cher qu’en supermarché.
Les snacks salés remportent la palme de la plus grande différence de prix de vente. Par exemple, Transavia et XL Airways facturent un paquet de chips 587 % plus cher que le même produit en supermarché. Un sachet d’olives coûte environ 1733 % plus cher sur un vol easyJet qu’en supermarché. De même, un paquet de cacahuètes coûte jusqu’à 2,50 euros les 40 g (6,25 euros les 100 g) sur un vol low-cost, alors que son prix en supermarché est de seulement 24 centimes les 100 g – soit une augmentation de 2504 %.
Le sucré n’est pas en reste : un croissant sur un vol Ryanair est facturé 2,50 euros contre 17 centimes en supermarché, ce qui correspond à une augmentation de 1370 %. Un muffin frôle les 650 % d’augmentation chez easyJet, à 3 euros contre 40 centimes en magasin. Les barres chocolatées atteignent environ les 500 % d’augmentation sur la plupart des compagnies low-cost : une barre chocolatée coûte par exemple 488 % plus cher sur Ryanair qu’en supermarché (2 euros contre 0,30 euros). Les bonbons arrivent juste derrière, avec un sachet de 120 g à 72 centimes en supermarché contre 3 euros pour la même marque sur XL Airways – soit plus de trois fois plus cher.
Les prix des boissons, alcoolisées ou non, auront de quoi couper la soif de plus d’un voyageur. Une petite bouteille de jus d’orange (250 ml) coûte jusqu’à 3,50 euros sur un vol low-cost, tandis qu’un litre s’élève à peine à 2,33 euros en supermarché, soit une augmentation de 500 %. Dans le cas de l’eau pétillante, une bouteille de 50 cl coûte 3 euros sur les vols Transavia, soit 700 % plus cher qu’en magasin.
Les boissons alcoolisées font tourner la tête pour plus d’une raison : une canette de bière de 33 cl coûte jusqu’à 4,50 euros sur un vol low-cost, tandis qu’une canette de la même marque ne revient qu’à 64 centimes en supermarché, soit une différence de plus de 600 %. Bien plus impressionnant encore, le vin est facturé jusqu’à 1400 % plus cher sur les compagnies low-cost qu’en magasin.
 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. lorsqu’un voyageur prend un vol low-cost, il peut acheter la veille de son départ à son supermarché les produits solides (chips:cacahuètes/barres chocolats etc..) et le amener en cabine ; pour les liquides, ils ne passent pas les controles de sécurité sauf qu’il existe après les controles, la vente de boissons dans des snacks : tout est une question d’organisation

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *