« Mieux vaut critiquer le tourisme que les touristes »

Tendances
Le sociologue Rodolphe Christin

Dans un entretien donné il y a quelques jours au Figaro, le sociologue Rodolphe Christin dénonce une nouvelle fois les dérives du tourisme de masse et de l’industrie touristique. Morceaux choisis.

 

 

Conscient que « la norme aujourd’hui pousse au départ en vacances », Rodolphe Christin estime « déraisonnable cette pression sociale qui fait consensus et qui rend l’activité touristique unanimement désirable alors que le tourisme n’est en rien une industrie vertueuse ». Il précise, « dans un monde organisé comme un système touristique, nous sommes tous des touristes à un moment ou à un autre. Par conséquent, mieux vaut critiquer le tourisme que les touristes, ça heurte moins et c’est plus efficace ».

 

Autre sujet sur lequel sociologue s’interroge, l’impact sur l’environnement. Et Rodolphe Christin de se dire préoccupé par les émissions de gaz à effet de serre avec le « développement préoccupant du tourisme de croisière » car « les navires émettent en moyenne, en une journée, autant de particules fines qu’un million de voitures, le soufre en plus ».

 

Pour l’auteur du « Manuel de l’antitourisme », « il est banal d’entendre les gens parler du départ en vacances comme d’un besoin indispensable pour endurer le reste de l’année ». Soit dit en passant, précise le sociologue, « le productivisme du travail contamine souvent le temps soi-disant libre des vacances : nombre de séjours touristiques se transforment en marathon. Il faut en profiter à fond, voir et faire un maximum de choses. Le culte de la performance existe aussi pendant le temps dit libre : en montagne, par exemple, il est courant de rencontrer des traileurs pour qui marcher en altitude ne suffit plus. Critiquer le système touristique revient à remettre en cause l’ensemble d’un mode de vie lié à la société de consommation, c’est-à-dire à la société de production ».

 

« Il faut, je pense, séparer le tourisme des vacances. Apprendre à être en vacance me semblerait salutaire, justement pour parvenir à ébranler les conditionnements de la vie ordinaire, par exemple en ayant recours à la contemplation. Le voyage relève d’une quête particulière qui n’est pas le privilège d’une élite économique ou politique, au contraire ».

 

Pour faire face à l’industrie du tourisme, Rodolphe Christin recommande de se souvenir de de cette maxime de l’écrivain voyageur Nicolas Bouvier, « le voyage commence au bout de ma chaussure ». Autrement dit, « inutile d’aller loin, même si tout le monde n’a pas le talent de cet écrivain pour réaliser des miracles de sagesse ».

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (2)

  1. Bonjour.
    Comme je l’indiquais sur la page Facebook d’ATR, Rodophe CHRISTIN, interviewé par Le Figaro, se trompe et tombe dans la caricature. Le tourisme durable n’est pas une niche et peut s’exprimer à toutes les échelles. Il est des destinations ou même un touriste par an est de trop…, et d’autres où 10 000 voyageurs par jour peuvent être accueillis de façon responsable.
    Julien BUOT
    Directeur de l’association Agir pour un Tourisme Responsable

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.