Pour les touristes français, l’enfer ce sont les autres… touristes

Tendances
Costa Dorada Espagne

Selon une étude de Travelzoo, pour 78% des Français, l’environnement est l’affaire de tous. Et 81% d’entre eux se disent « très éclairés » sur l’impact négatif de leurs voyages sur la nature. Pour compenser leur bilan carbone, 9 Français sur 10 sont prêts à choisir un mode de transport plus respectueux de l’environnement et 78% entreprennent déjà des actions en ce sens. En revanche, si cet engagement doit se traduire par une taxe supplémentaire, seuls 28% s’en acquitteraient !

 

Arrivés à destination, 49% des voyageurs français favorisent les circuits courts en achetant ou se restaurant auprès de commerçants locaux sur leur lieu de vacances. En matière de transport, 38% d’entre eux privilégient surtout le “voyager-local” et évitent les trajets longue distance. Sur place, près d’un tiers réalisent leurs trajets le vélo ou les transports en commun. Enfin, du côté de l’hébergement, 19% évitent les offres all-inclusive tandis que 18% choisissent des lieux de séjours éco-labellisés. Néanmoins, pour 12% de Français, les vacances ne sont ni le lieu, ni l’endroit d’une réflexion sur l’environnement.

 

Près de deux tiers des Français révèlent avoir été perturbés par la présence d’autres touristes sur le lieu de vacances. Pour s’épargner cet inconfort, plus d’un voyageur sur deux serait prêt à choisir une destination alternative (54%), ou à voyager en différé (63%), d’autant que 51% des sondés estiment que l’affluence touristique a eu tendance à augmenter sur les cinq dernières années. Un effort qui se poursuit aussi du côté du portefeuille : 83% des voyageurs français consentiraient à dépenser 100 à 500€ supplémentaires pour s’assurer qu’ils ne seront pas “envahis” par les touristes.

Mais, qu’est-ce que le tourisme de masse ? Une abondance de touristes pour 56% des interrogés, des plages surpeuplées (49 %) et des temps d’attente interminables sur les points d’intérêt que réservent la destination (27 %). Ce phénomène induit une mise en péril des ressources naturelles (51%) et des populations locales (37%). Dans 20% des cas, cela se conjugue avec des prix perçus comme plus élevés et une qualité de services médiocre pour 13% des interrogés.

 

Pour 63% des voyageurs français, il est primordial d’instaurer des mesures afin de juguler le tourisme de masse. Les villes doivent se saisir de cet enjeu, en première ligne : 39% des sondés souhaitent que les municipalités réglementent le nombre de touristes en se dotant d’infrastructures de limitation d’affluence (24%) et qu’elles communiquent de façon plus fluide sur les temps d’attente (28%), les offres touristiques alternatives (47%) ou encore mettent en avant leur destination en basse-saison (44%). Plus de 4 touristes français sur 10 seraient prêts à choisir un mode de transport alternatif à l’avion pour protéger l’environnement. Cette proportion s’élève alors à 53% lorsqu’il s’agit d’un court séjour. 35% participeraient à la dépollution des plages tandis que 55% des voyageurs privilégieraient le consommer local. Côté comportement, 44% accepteraient de limiter leurs douches pour économiser l’eau et 48% se prêteraient aux coutumes locales plus écologiques. De manière générale, 47% des sondés accepteraient d’augmenter leur budget voyage s’ils sont assurés de voir la nature être préservée à destination.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *