Selon l’Insee, l’emploi s’est accéléré « nettement » en 2017

Tendances

Selon l’Insee, fin 2017, 27,8 millions de personnes ont un emploi en France, dont 25 millions sont salariés.

 

Un emploi sur dix est non-salarié, soit 2,8 millions d’emplois. Ce sont 341 000 emplois de plus qu’un an auparavant, après déjà 219 000 créations nettes en 2016. Il s’agit de la plus forte hausse depuis 2007. La franche accélération de l’emploi en 2017 repose sur l’emploi salarié privé, l’emploi public ayant légèrement baissé. Ce dynamisme résulte surtout d’une croissance de l’activité qui s’élève nettement.

Les mesures enrichissant la croissance en emplois (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, Pacte de responsabilité et de solidarité, prime à l’embauche dans les PME) ont continué de favoriser le dynamisme de l’emploi au premier semestre 2017. Par contre, au second semestre, l’effet d’enrichissement est devenu globalement neutre en raison de l’arrêt de la prime à l’embauche. Au total, de 2013 à 2017, ces mesures auraient directement enrichi la croissance d’environ 300 000 emplois salariés.

La part de l’emploi à durée limitée augmente

En 2017, la part du sous-emploi, qui avait surtout augmenté en 2008 et 2009, recule pour la deuxième année consécutive. Toutefois, parmi les salariés, la part de l’emploi à durée limitée est à son niveau le plus haut depuis que la série existe (1982). Le temps partiel reste stable. Il a gagné 0,9 point en France métropolitaine depuis 2007, l’essentiel de cette hausse s’étant faite avant 2012.

En 2017, plus de seniors mais moins de jeunes sont actifs

Le taux d’activité des personnes de 15 à 64 ans est de 71,5 %, en hausse de 0,1 point en 2017. Cette hausse s’inscrit dans une tendance plus longue : + 2,1 points sur la dernière décennie. La population active se recompose : le taux d’activité des 15-24 ans, qui était proche de celui des 55-64 ans en 2007, diminue depuis 2009, tandis que celui des 55-64 ans a beaucoup augmenté, sous l’effet des réformes successives des retraites et des dispositifs de cessation anticipée d’activité.

Le chômage baisse davantage en 2017

Le chômage et le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi baissent en 2017… Le taux de chômage s’établit à 9,4 % de la population active en moyenne annuelle en 2017. Il diminue pour la deuxième année consécutive, de 0,7 point après – 0,3 point en 2016. C’est sa plus forte baisse en moyenne annuelle depuis 2008. Il atteint ainsi son plus bas niveau depuis 2012 ; il reste néanmoins encore 2 points supérieur à son niveau de 2008, son dernier point bas.

En 2017, le taux de chômage des hommes (9,5 %) est légèrement supérieur à celui des femmes (9,3 %). C’était l’inverse avant 2012.

Les salaires accélèrent mais la hausse du coût du travail reste modérée

Le salaire moyen par tête accélère dans le privé (+ 1,7 % en 2017 après + 1,2 %) et dans le public (+ 2,2 % après + 0,6 %). Du fait du regain d’inflation, il ralentit légèrement en termes réels dans le privé et accélère modérément dans le public.

En 2017, le coût du travail augmente de 1,1 %, en ligne avec la hausse modérée des années précédentes. De 2000 à 2012, il a augmenté de près de 3 % par an en moyenne. Après avoir nettement ralenti en 2013 (+ 0,7 %), il n’a progressé que d’un peu plus de 1 % par an depuis. En effet, plusieurs mesures ont contribué à sa modération depuis 2013, dont principalement le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Au total, entre 2012 et 2017, le coût du travail a augmenté de 5,3 %. En l’absence de ces mesures, il aurait augmenté près de deux fois plus vite (+9,8 %).

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *