Tourisme : quels sont les députés les plus influents ?

Tendances
Jean-Baptiste Djebbari, député de la Haute Vienne

L’agence de communication Rumeur Publique en partenariat avec le spécialiste de l’analyse Web Data Observer publie la quatrième édition du Baromètre des députés les plus influents. Il est consacré cette année au travail législatif mené sur les secteurs du transport et des mobilités.

 

 

La loi d’orientation des mobilités (LOM), avec notamment le débat sur la limitation de la vitesse à 80 km/h ou la difficile réforme du transport ferroviaire, a donné lieu à des débats âpres et de nombreuses controverses. Pour mesurer l’influence des députés sur ces sujets, Rumeur Publique et Data Observer ont retenu 7 critères dont le nombre d’amendements adoptés et de postes de rapporteur, mais également leur présence médiatique et numérique. Plus de 200 millions de mots issus des interventions des députés ont également été analysés automatiquement pour mesurer l’intérêt des députés pour la thématique Transports.

 

Le plus influent sur le transport et les mobilités est Jean-Baptiste Djebbari, élu LREM de la Haute Vienne. Rapporteur de la réforme de la SNCF au début du quinquennat, cet ancien pilote de ligne a depuis été nommé porte-parole du groupe LREM. Il a fait voter 44 amendements (tous sujets confondus) et a été nommé 3 fois comme rapporteur. Ce spécialiste du ferroviaire a consacré 73% de ses interventions à l’Assemblée, dans les médias ou sur les réseaux sociaux aux transports.

 

En seconde position, Damien Pichereau, élu LREM de la Sarthe. Spécialiste du transport routier (depuis 2017, il a signé 6 rapports sur le sujet) et des infrastructures, il s’est illustré en coordonnant les volets « gouvernance » et « infrastructures » du projet de loi d’orientation des mobilités. Il a fait adopter 29 amendements et 47% de ses interventions à l’Assemblée, dans les médias ou sur les réseaux sociaux sont consacrées aux transports.

 

En troisième position, un député de l’opposition, Bertrand Pancher, élu Libertés & Territoires de la Meuse. Porte-parole de son groupe sur la LOM, Bertrand Pancher s’illustre sur des sujets souvent environnementaux, en particulier la mobilité propre, qu’il défend en utilisant simultanément tous les leviers à sa disposition : débat parlementaire, médias et réseaux sociaux. Il comptabilise 31 amendements adoptés et 36% de ses interventions sont sur les transports.

 

Ce trio de tête est suivi dans le Top 10 de Damien Adam (LaREM, Seine-Maritime), Vincent Descoeur (LR, Cantal), Christophe Bouillon (PS, Seine-Maritime), Laurianne Rossi (LaREM, Hauts-de-Seine), Jean-Marc Zulesi (LaREM, Bouches-du-Rhône), Saïd Ahamada (LaREM, Bouches-du-Rhône) et Guillaume Peltier (LR, Loir-et-Cher).

L’opposition audible dans les médias, la majorité à l’Assemblée

 

Le Top 10 est dominé par les députés LREM qui occupent 6 places. En revanche, le rapport de force majorité/opposition est beaucoup plus équilibré dans le Top 50. La majorité doit sa position aux rapports de forces issus des urnes et des institutions de la Vème République mais l’opposition parvient tout de même à être audible et s’intéresse tout autant que la majorité aux thématiques du transport.

 

Pour être audible, majorité et opposition utilisent des leviers différents. Sans surprise, les députés  En Marche ont les meilleurs résultats d’influence à l’Assemblée Nationale avec une moyenne d’amendements par député de 114 (vs 54 pour l’ensemble des Députés du Top50) et une moyenne de nominations comme Rapporteur de 5,2 (versus 2,8). L’opposition quant à elle est très audible dans les médias : 6 fois plus de citations dans la presse pour les Députés des oppositions (1190 en moyenne contre 184 pour les Députés de la majorité) qui sont tirés par la France Insoumise (3 192 citations presse en moyenne).

 

« Ce classement montre que les Députés qui tirent leur épingle du jeu sont ceux qui prennent des positions fortes et qui parviennent à les diffuser aussi bien à l’Assemblée que dans la presse ou sur les réseaux sociaux. L’exemple des 80 km/h montre bien que l’opposition peut également peser sur les choix du Gouvernement par l’activation du levier médiatique », explique Marie Meyruey, Directrice de clientèle Influence et Affaires publiques chez Rumeur Publique.

 

« En analysant automatiquement les prises de positions des élus et leurs résultats, on peut identifier de nouveaux cercles d’influence, aller au-delà des apparences et repérer les signaux faibles, utiles à une lecture plus fine et juste du jeu parlementaire », déclare Jean-François Thonin, Directeur Associé de Data Observer.

 

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *