Un tiers des voyageurs d’affaires serait surmené

Tendances
Voyage d'affaires

La Fondation International SOS s’est associée à la Kingston Business School et Affinity Health at Work pour publier une étude sur les effets comportementaux et psychologiques des déplacements professionnels à l’international sur les voyageurs d’affaires. Il ressort de cette étude que 31% des personnes interrogées ressentent un épuisement émotionnel, l’une des principales caractéristiques du surmenage.

 

 

« Les voyages internationaux permettent indéniablement de développer les opportunités commerciales, mais cette étude suggère que les grands voyageurs ont trois fois plus recours à un soutien psychologique que les voyageurs n’effectuant pas de déplacement professionnel de façon répétée. Les organisations doivent s’impliquer pour protéger la santé mentale et garantir le bien-être physique de leurs employés en déplacement » souligne Laurent Fourier, directeur de la Fondation International SOS.

 

L’étude révèle ainsi que 34 % des voyageurs d’affaires internationaux sont davantage susceptibles d’avoir un comportement à risque à l’étranger.  31 % ressentent un épuisement émotionnel, l’une des principales caractéristiques du surmenage. Par ailleurs, 46 % admettent consommer plus d’alcool lors de leurs déplacements professionnels. 33 % voyageront dans des endroits dont ils ne savent pas s’ils sont sûrs. « Il est clair que les organisations doivent sensibiliser leurs collaborateurs en mission aux risques pour leur santé et leur sécurité auxquels ils peuvent être confrontés lors de leurs déplacements, afin de prévenir au mieux les incidents. Les voyageurs d’affaires internationaux doivent être mieux préparés pour permettre le bon déroulement de leur mission » indique le docteur Philippe Biberson, directeur médical régional chez International SOS.

 

L’étude montre que 45 % des sondés connaissent une augmentation des niveaux de stress pendant leur voyage d’affaires. De même 41 % des personnes interrogées indiquent que leur humeur est changeante pendant un déplacement. Près d’un tiers (31 %) ressentent un épuisement émotionnel. Enfin, avec des heures de travail supplémentaires, un régime alimentaire moins équilibré, une activité physique moindre et un sommeil de moindre qualité, un quart des personnes interrogées constatent problèmes de santé mentale plus fréquents (incluant une dépression sévère pour 27 %, du stress pour 24 % et de l’anxiété pour 23 %).

 

« Les entreprises peuvent faire d’avantage pour soutenir et protéger leurs voyageurs d’affaires. Un soutien et des conseils appropriés, en santé comportementale, physique et psychologique, peuvent faire toute la différence entre une mission réussie et une mission ratée et coûteuse » conclut Philippe Biberson.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *